Accueil Santé Coronavirus À quoi sert la peur ?

À quoi sert la peur ?

Prenons l’exemple de la période actuelle dans laquelle nos autorités instillent brillamment la peur au peuple par des discours alarmistes ne reposant que sur des hypothèses et absolument rien de réellement scientifique.

On nous annonce une pandémie qui risque de faire des ravages sur notre santé. Nous allons vous protéger au maximum de nos capacités et, pour cela, nous instaurons « des mesures de précaution » destinées à ce qu’il y ait le plus petit nombre de victimes, tout en rappelant qu’elles seront (et sont déjà !) nombreuses.

Ces mesures servent aussi de « prévention » à la diffusion du virus mortel : distanciation sociale, confinement, plus de contact entre les personnes les plus à risque (les plus de 65 ans) et leurs enfants et petits-enfants, masques, etc. Il faut être très vigilant à appliquer ces mesures car, sinon, la diffusion du virus sera dramatique avec les résultats que nous aurons des milliers, voire beaucoup plus de décès. Toutes ces mesures ne sont pas imposées au nom de la peur, mais afin de nous protéger au maximum d’une mort certaine. La prudence devient alors un moteur car elle incite tout un chacun à appliquer toutes ces mesures à la lettre afin de se protéger mais aussi de protéger les autres. Résultat immédiat : peur régnant à tous les niveaux de la société.

Prenons un exemple simple : les grands-parents vont se couper du monde car « ils aiment leurs enfants et petits-enfants et ne tiennent pas à les contaminer ». Les enfants, « par amour pour leurs propres enfants et parents », vont refuser de rendre visite à ceux-ci car ils désirent les protéger et on va apprendre aux petits-enfants qu’ils ne peuvent pas voir leurs grands-parents « car s’ils les aiment, ils doivent les protéger et ne plus les voir ». La peur n’est plus invoquée, alors qu’elle est à la base de toute cette démarche, mais l’amour est devenu le moteur !

Merveilleuse transformation assez fantastique : l’anxiété ne peut être avouée et, avec nos brillants ego, nous allons invoquer l’amour ! Au nom de l’amour des autres, nous allons, en réalité, nous défier de ceux-ci et nous couper de nos liens avec nos proches… Tragique scénario mais, quelque part, ô combien brillant, mis en place par nos autorités, adoubé par le peuple qui vit dans ses peurs et auquel on est en train de vendre que la distanciation sociale est la solution à tous ses problèmes. Quand cela se terminera-t-il ? Nul ne le sait car on nous annonce déjà la deuxième vague. Ne vous en faites pas, la troisième va poindre son nez, pourquoi pas ?

Arrêtons de vivre dans nos peurs et de nous cacher derrière des principes qui font de nous des êtres dénués de sentiment, ne vivant plus et ne luttant que pour notre survie. Reprenons nos vies en main !

La peur est une fermeture à soi et par conséquent aux autres.

L’amour est ouverture à soi-même, ce qui entraîne l’ouverture aux autres.

À lire aussi

Quatre signes de traumatisme à surveiller en soi lors du déconfinement

Le confinement a été une violence qui nous a été imposée à tous et, par conséquent, le tra…