Ce vendredi matin, le préfet Lallement avait coiffé sa belle casquette pour faire la circulation, place d’Orléans, à Paris. Ou plutôt pour interdire la circulation d’un nouvel d’exode. On nous le dit, on nous le répète, et à juste titre : le confinement, ce n’est pas les vacances. Pas question de rejoindre sa longère en Touraine, son manoir en Bretagne ou sa bastide en Provence. Restez chez vous !

Tout ça nous amène à poser quelques questions.

Durant ce week-end du 3 au 6 avril, que vient donc faire « en visite privée », dans le Vaucluse, la secrétaire d’État ?

On imagine que le ministre a dû remplir la précieuse « attestation de déplacement dérogatoire », comme le fait n’importe quel citoyen de ce pays qui va chercher son pain, et que cette visite entre strictement dans les cases prévues par ce document.

Ou est-ce à dire, Mme Poirson ayant été testée positive, comme l’annonça son cabinet, le 14 mars dernier, que les personnes ayant potentiellement été touchées par le covid-19 ne sont pas concernées par les mesures de confinement et peuvent voyager en train à leur guise ?

À lire aussi

Les micro-trottoirs de Boulevard Voltaire : « Deux poids deux mesures, pas de défilé du 14 Juillet mais des troubles à l’ordre public… »

Pas de défilé traditionnel sur les Champs-Élysées, cette année, à cause du Covid-19 alors …