À coups de baguette médiatique

Un coup de baguette médiatique et hop ! voici que les immigrants illégaux – pour ne pas dire les candidats à l’invasion, enfin libres de leurs mouvements – sont devenus « migrants ». Grand affolement sous les lambris adorés, cela ne suffit pas, visiblement. Vite ! Autre coup de baguette médiatique : hop ! les migrants deviennent cette fois « réfugiés ». Alors là, les enfants, ce coup-là est un coup de maître, un coup de génie ! Récalcitrants, comptez vos abattis ! L’alternative s’éclaircit, comme par magie : vous choisissez le camp des méchants ou celui des gentils.

Enfin, et comme pour parachever le grand œuvre accompli, troisième coup de baguette médiatique (on n’est jamais trop prudent) : abracadabra… et hop ! voici l’inexorable conquête sarrazine métamorphosée en « crise humanitaire ». Ça marche ! Ça prend !

Regardez-les, ceux qui manifestent en faveur de l’accueil des “migrants” : ils sont au moins quinze – un pelé, trois barbus – à défiler, ici et là, à travers toute la France. Plus qu’à monter ça en épingle, en faire un événement et répandre les manifestants à la une des journaux, à défaut de les répandre dans la rue…

Ainsi, Français, vous croyiez bien faire en défendant l’avenir de votre pays, si laborieusement acquis, celui de vos enfants et petits-enfants, vos gènes, votre culture, votre langue, votre histoire, tout ce précieux patrimoine que vos anciens, confiants, vous ont confié, afin qu’un jour, à votre tour, vous le transmettiez à leurs descendants et dont, par conséquent, vous n’avez que l’usufruit et non la propriété, la responsabilité toute transitoire et non l’entière liberté de disposer, surtout pour les précipiter dans l’obscurité et le chaos… Ainsi, vous croyiez faire votre devoir en tentant de contenir, à défaut de le combattre, le formidable expansionnisme islamique qui, depuis des siècles, s’étend et gangrène la planète, et vous voici habillés pour l’hiver, des pieds jusqu’à la tête : “salaud, facho, tortionnaire nazi !”

Alors ? Vous avez choisi ?

À lire aussi

Monsieur Juppé, vous vous plaignez… mais vous récoltez ce que vous avez semé !

Monsieur Juppé se plaint encore, se plaint toujours, s’apitoie sur son sort. Il est dans s…