8 mai 2024 : quand Sébastien Lecornu efface l’Armée d’Afrique de notre mémoire

Capture d'écran document INA
Capture d'écran document INA

Ce 8 mai 2024, j'ai écouté devant le monument aux morts de ma commune le message de Sébastien Lecornu, ministre des Armées, et je n'y ai pas entendu la moindre référence au demi-million de combattants de l’Armée d’Afrique qui, dès le 10 novembre 1942 - signature des accords entre l'amiral Darlan et le général Clark, adjoint d’Eisenhower -, avaient constitué l’immense majorité des forces armées françaises qui participèrent aux campagnes de Tunisie (1942-1943) et d’Italie (1943-1944), puis au débarquement en Provence (août 1944), avant d’être rejoints par la mobilisation des métropolitains au sein de la 1re Armée française. Afin de pallier, le cas échéant, une oreille défaillante (84 ans), j’ai donc imprimé et lu attentivement le texte officiel signé de M. Sébastien Lecornu, ministre des Armées, et de Mme Patricia Mirallès, secrétaire d’État auprès de ce même ministre des Armées, chargée des Anciens Combattants et de la Mémoire. Mon oreille n’était pas défaillante. Ainsi, tout était conforme à la « doxa » officielle !

Alain Mimoun, futur champion olympique, caporal à la 3e DIA

Dans le domaine militaire, le ministre ne connaît donc que « les combattants des Forces françaises libres (FFL) »… Y compris dans la bataille de Monte Cassino ! N’en déplaise au ministre, il s’agissait du Corps expéditionnaire français (CEF), commandé par le général Juin, futur maréchal de France, et, en particulier, de la 3e division d’infanterie algérienne au sein de laquelle combattait le caporal Alain Mimoun. Blessé grièvement au pied par un éclat d’obus le 28 janvier 1944, Alain Mimoun conserve son pied grâce au savoir-faire des médecins militaires français qui lui évitent l’amputation. Il deviendra ce grand champion qui nous apportera, le 1er décembre 1956, la médaille d’or du marathon aux JO de Melbourne. Entretemps, il s’était converti au catholicisme en 1955 et marié en juin 1956.

Le rôle majeur de l'Armée d'Afrique*

Mais revenons à l’Armée d’Afrique. Cette armée, préservée par l’armistice, dynamisée par le général Weygand puis par le général Juin, se déploie en couverture pour faire face aux forces de l’Axe en Tunisie. En un mois, elle met en ligne quatre petites divisions (60.000 hommes) alors que les Alliés n’ont que deux petites divisions (30.000 hommes) en attendant le déploiement du reste des forces alliées en cours de débarquement en Afrique du Nord. Les commémorations à venir, à commencer le 20 mai (81e anniversaire de la victoire en Tunisie), puis celle d’Italie et le débarquement en Provence, devraient permettre à M. Sébastien Lecornu de rendre hommage à l’Armée d’Afrique et à Mme Patricia Mirallès de rendre justice à ses parents « pieds-noirs ».

Enfin, pour les commentaires non militaires, je précise à l’attention des « sachants » qui veulent trop bien faire que le 8 mai 1945 ne marque pas l’avènement d’une ambition « qui a donné à tous les enfants la possibilité de bénéficier de l’instruction », comme l’écrit le ministre dans son message ! Certes, je ne suis entré à l’école qu’en 1945, mais mes sœurs et mon frère aînés étaient entrés en classe avant comme tous leurs petits camarades. Les « hussards noirs » de la IIIe République doivent se retourner dans leurs tombes. Ils méritent un peu plus de vérité, même si l’alphabétisation de la France était en cours bien avant eux, était une construction continue des siècles passés et était déjà en partie réalisée à la fin du Second Empire.

 

*NDLR : on lira le discours de réception à l'Académie française du maréchal Juin, le 25 juin 1953.

Christian Baeckeroot
Christian Baeckeroot
Ancien député FN-RN (1986-1988 ) Conseiller municipal honoraire de Tourcoing (59 )

Vos commentaires

42 commentaires

Laisser un commentaire

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois