Mieux vaut tard que jamais : à 94 ans – oui, vous avez bien lu –, le spahi Roger Simon qui, avec la 2e division blindée de Leclerc, avait libéré Paris et Strasbourg, vient d’être décoré de la Légion d’honneur, presque en catimini, le dernier. On aurait pu imaginer que cet hommage, même tardif, lui soit rendu le 23 novembre prochain lors des cérémonies du 70e de la libération de Strasbourg. Mais cela aurait fait un peu désordre en ce jour anniversaire : rappeler qu’il aura fallu attendre 70 ans pour recevoir enfin la Légion d’honneur que Napoléon avait instaurée en 1802 pour distinguer les “mérites éminents militaires ou civils” rendus à la nation.

Il est vrai que les « mérites militaires » sont depuis longtemps passés au second plan d’une décoration que l’on attribue à tour de bras à des récipiendaires de la civile, comme on dit pudiquement, pour justifier une telle dérive. Thierry Henry n’aura pas eu à attendre l’âge de 94 ans : il fut, à 21 ans, le benjamin des récipiendaires avec les joueurs de l’équipe de France de qui avaient remporté la Coupe du monde. Il est vrai que sportif est particulièrement gâté dans ce domaine. Les artistes ne sont pas en reste, notamment les humoristes, comme , après l’énorme succès de son film Bienvenue chez les Ch’tis. a même poussé la provoc’ l’année dernière en proposant

Napoléon doit se retourner dans sa tombe, lui qui voulait « décorer ses soldats et ses savants ». Ce que rappela à juste titre mon compatriote Richard Bohringer lorsqu’elle lui fut attribuée : « Je l’ai refusée, parce que je ne vois pas pourquoi on me donne la Légion d’honneur. C’est du pipeau, ça. La Légion d’honneur, c’est pour Pasteur, c’est pour les femmes biologistes qui sauvent les vies, c’est pour les hommes qui ont défendu la démocratie, la … » Il serait grand temps de faire le ménage d’un ordre de la Légion d’honneur qui a mis 70 ans à épingler sur le veston d’un spahi de la 2e DB, « d’un gars de Leclerc », son ruban rouge, aux côtés de la croix de guerre et de la médaille de la France libre, garantes pourtant depuis 1944, de ses « éminents mérites militaires ».

19 novembre 2014

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Langues régionales : « Pourvu qu’ils sabrent français »

N’est-ce pas Napoléon, également, qui disait de ses généraux baragouinant l’alsacien : « P…