Dans le Bulletin officiel des annonces de la République française en date du 13 avril 2021 figure l’annonce d’un contrat assez particulier : il concerne un appel d’offre de social listening (écoute sociale). Cette annonce aurait très bien pu passer inaperçue dans le contexte actuel de et tandis que les Français sont soumis à un harcèlement médico-sanitaire quotidien et des restrictions de sans précédent.

Il s’agit d’une annonce très officielle d’annonce de marché public, portant le numéro 21-47280 en date du 13 avril 2021. L’accord cadre de ce marché a pour objet « la fourniture d’outils de social listening et de mesure d’impact sur les réseaux sociaux » pour permettre « au gouvernement de détecter, analyser et mesurer les préoccupations et attentes des internautes vis-à-vis de son action et particulier et de l’actualité en général. Il s’agit d’un marché passé sous le mandat de la Direction des achats de l’État (DAE) pour les besoins de l’ensemble des ministères. »

Les prestations demandées, attribuées à trois sociétés, dont deux opèrent depuis l’ et le Luxembourg, sont la « veille en temps réel des espaces d’expression en ligne » et également la mise à jour des « mesure d’impact des contenus publics hébergés sur les espaces d’expression en ligne ». Le bénéficiaire en sera le gouvernement.

En clair, c’est ni plus ni moins une mise sous surveillance généralisée des réseaux sociaux par l’État.

C’est donc maintenant officiel : à un an de la présidentielle, la d’expression va être, disons-le sans détour, surveillée étroitement. À quelles fins ? Prendre la température de l’opinion ? Mesurer le moral des Français ? Évaluer l’adhésion à la politique du gouvernement et en tirer les leçons ?

On peut l’espérer. Mais ne nous faisons pas d’illusions. Cette surveillance des Français, financée par leurs impôts, pourrait servir à alimenter la mise en œuvre de nudges* suffisamment efficaces pour influencer l’opinion en faveur du candidat Emmanuel Macron.

Et si ces nudges étaient jugés insuffisants pour retourner l’opinion, on sait pertinemment que l’État a d’ores et déjà à sa disposition une série de leviers juridiques lui permettant d’interdire certains contenus, notamment la loi « anti » votée en 2018 et qui devrait pouvoir donner la pleine mesure de ses moyens durant la campagne pour l’élection présidentielle.

Il faudra donc être particulièrement attentifs aux stratégies de communication et de censure qui vont se déployer dans les prochains mois.

*Le nudge, ou « coup de coude », en français – mais le mot est souvent traduit par « coup de pouce » -, est une technique pour inciter des individus ou l’ensemble d’un groupe humain à changer tels comportements ou à faire certains choix sans être sous contrainte ni obligation et qui n’implique aucune sanction.

17 avril 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 2 votes
Votre avis ?
42 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires