Le mot d’ordre est lancé depuis quelques semaines. Les réservations de TGV ont sensiblement augmenté depuis la manifestation de mars dernier, les « Veilleurs » continuent, çà et là, de se réunir dans les villes… Pour autant, le cœur y est-il encore ?

Le 26 mai, on annonce un rassemblement plus impressionnant que ceux de janvier et mars. Voire. Car la question se pose de l’opportunité historique de faire choir le système sur ses bases. Le problème du « mariage » homosexuel est, tout à la fois, grave et dérisoire par sa portée politique et symbolique. Grave dans sa vaniteuse et totalitaire prétention prométhéenne à instaurer au forceps une nouvelle société en normalisant les marges ; dérisoire dans la priorité donnée à des caprices infantiles d’homosexualistes quérulents et ultra-minoritaires (mais puissants), alors que notre pays ne compte pas moins de 5 millions de chômeurs ! Le contraste est plus que saisissant : littéralement sidérant.

Alors, en prenant la partie pour le tout, ne serait-il pas temps d’initier un « Mai 68 » à l’envers, c’est-à-dire une véritable contre-révolution politique et culturelle — à l’instar de ce que préconisait Joseph de Maistre, en son temps, à propos de la Révolution française —, ce par tous les moyens, mêmes légaux ? Non pas faire une révolution contraire, mais le contraire d’une révolution. La « pensée 68 », selon la formule fameuse de Luc Ferry et Alain Renaut, semble à bout de souffle et la nouvelle vague de ses plus illustres représentants, vieillissante bien que toujours agissante, à la manière de ces canards décapités qui continuent à marcher, mus par un insolent réflexe de vie.

Oui, mais voilà, si les penseurs sont déclinants, la pensée (ou non-pensée), quant à elle, par son déconstructivisme, son post-marxisme et son hétéronomie narcissique, conserve de sa vigueur. Nolens volens, depuis deux générations, elle encalmine notre peuple dans des postures politiquement correctes conditionnées par l’école, les médias, le « mainstream » sous-culturel, etc., lesquelles ont fini par étouffer toute velléité réactionnaire.

« Vivre c’est réagir ! », clamait Charles Maurras. Cette faculté de réagir s’apprécie à l’enseigne du vitalisme qui nous irrigue. Nos compatriotes, engoncés dans la défense consumériste et égoïste de leurs acquis sociaux, éprouvent, en dépit de belles mais sporadiques intentions performatives, de réelles difficultés à s’affranchir des évangiles de la pensée unique, pour oser, enfin, monter sur les barricades et jeter loin les pavés. Ainsi, dans ces colonnes, Alain de Benoist reprochait très justement à Frigide Barjot « d’avoir fait preuve de légalisme excessif et de n’avoir pas compris qu’une manifestation a d’autant moins à respecter la légalité qu’elle entend lui opposer une légitimité. N’ayons pas peur des mots : une manifestation est un acte de guerre politique. On y est appelé à prendre et à donner des coups. En bref, c’est une épreuve de force. Vouloir éviter cette épreuve de force est une faute grave ».

Pour paraphraser Édouard Berth, disciple de Georges Sorel (l’auteur des Réflexions sur la violence), une manifestation doit être la forme révolutionnaire de la guerre. Notre confrère helvétique, La Nation-Journal vaudois (3 mai), par la plume d’Olivier Delacrétaz, estimait que « la manifestation de rue a ses lois. Elle doit s’amplifier sans cesse, se répandre partout, généraliser ses slogans, durcir ses exigences, susciter de part et d’autre le sentiment d’une force que rien ne peut arrêter. Ses meneurs doivent être prêts, comme l’étaient les acteurs du printemps arabe, à affronter la police, à se faire matraquer et arrêter, à risquer leur peau (…) Quoi qu’il en soit, [Frigide Barjot] a rompu la dynamique d’amplification en annonçant que son propre service d’ordre dénoncerait les casseurs à la police. Rognant les griffes de son mouvement, elle rejoignait l’ “ordre républicain”, la correction morale et l’insignifiance politique ».

Il est des insurrections qui subliment des légalités fatiguées à force d’être scrupuleusement respectées, souvent par les mêmes qui pleurnichent contre les méchants CRS. Nos concitoyens n’ont gardé du marxisme post-soixante-huitard que l’écume vile d’un gauchisme embourgeoisé les ayant rendus amnésiques de leur longue histoire insurrectionnelle, des monarchomaques à la Commune, en passant par Étienne Marcel et les Vendéens.

Hissons encore le pavillon de l’espérance mais sachons raison garder quant aux ressorts abîmés du populisme dont Vincent Coussedière a magistralement dressé l’éloge, en le définissant comme « l’affirmation [éminemment politique] d’un attachement profond à une tradition [de sociabilité] qu’il s’agit d’imiter [et de la liberté de continuer à le faire] ».

Le réveil populiste est, en effet, la condition d’une insurrection conservatrice. Si l’insurrection n’est pas la révolution, elle est, comme l’écrivait Emilio Lusso, dans sa Théorie de l’insurrection, « le seul moyen par lequel s’ouvre une révolution ». À bon entendeur…

À lire aussi

Livre : Capitalisme moderne et société de marché, de Guillaume Travers

N’est-il pas étonnant qu’un ventre puisse être loué de la même façon que se vend le tout r…