Armées - Editoriaux - Histoire - Souvenir 14-18 - Table - 16 août 2016

17 août 1916 : les impressionnantes victoires russes

En ce 17 août 1916, 745e jour de guerre, la plupart des quotidiens nationaux reprennent à leur une les exploits des armées russes, en particulier celles du général Alexeï Broussiloff (ou Broussilov). Tous ou presque titrent : « Du 4 juin au 12 août, les armées de Broussiloff ont fait 359.937 prisonniers, ont pris 405 canons et 1.236 mitrailleuses. »

Pour Le Figaro, ce sont les « trophées de la victoire russe ». Pour Le Gaulois, ce sont « les victoires russes ». Pour Le Petit Journal, ce sont les « trophées des armées de Broussiloft (sic) du 4 juin au 12 août ». Chaque quotidien détaille par le menu les exploits des quatre armées placées sous l’autorité du général Broussiloff (1853-1926). Ainsi apprend-on que l’armée du général Alexeï Kaledine (1861-1918) a capturé 2.384 officiers, 107.925 soldats, 147 canons et 459 mitrailleuses ; que celle de son homologue Letchitsky a fait prisonnier 2.139 officiers, 100.518 soldats, 127 canons et 424 mitrailleuses. Tout aussi vaillante a été l’armée du général Vladimir Sakharoff (ou Sakharov), qui a réussi à subtiliser à l’ennemi autrichien 1.967 officiers, 87.943 soldats, 76 canons et 232 mitrailleuses. Le tableau de chasse est aussi excellent pour l’armée du général Tcherbatcheff : 1.267 officiers, 55.794 soldats, 55 canons et 211 mitrailleuses. C’est sans compter sur les lance-bombes, les lance-mines, caissons, carabines, verstes de chemin de fer et autres matériels qui sont tombés dans la besace des forces russes.

Le coup est sévère pour l’Autriche-Hongrie. Le Petit Journal rapporte ainsi : « La débâcle autrichienne, qu’il était loin de prévoir aussi complète, a tellement ému le Kaiser que presque tous les généraux de son “brillant second” sur le front russe ont été, en ces dernières semaines, remplacés par des Allemands », souligne l’envoyé spécial du journal, Marylie Markovitch.

En fait, l’offensive du général Broussiloff a débuté le 4 juin 1916, soit onze jours avant la date prévue. C’est à la demande du commandement italien que l’offensive a été avancée pour soulager l’Italie de la pression des armées allemandes et austro-hongroises. Cette attaque russe était aussi prévue pour coïncider avec l’offensive alliée sur la Somme. Mais comme on a l’habitude de dire au sein de l’armée, « le premier mort dans une guerre, c’est le plan ».

Toujours est-il que les armées positionnées sur 300 km de front sont parvenues à enfoncer les lignes germano-austro-hongroises et à reconquérir de nombreux territoires dans les Carpates, en Galicie et en Pologne : environ 38.000 km2. Cette offensive se terminera un mois plus tard, en septembre 1916. Elle aura coûté cher aux armées russes : 550.000 morts, auxquels s’ajoutent autant de blessés.

À lire aussi

Il y a 45 ans : Giscard, un président jeune et seul

Jusqu’en 2017, VGE sera le plus jeune Président élu au suffrage universel direct. …