Editoriaux - Justice - Politique - Presse - 14 mars 2017

Le 15 mars, pour François Fillon, c’est Thémis contre Marianne ?

Ce mercredi 15 mars est une date importante dans le calendrier présidentiel. La lutte gréco-romaine de la Justice contre la République pourrait bien décider de notre avenir.

Thémis contre Marianne, le glaive et la balance, aveugles, contre le charme de l’élan, du sein nu et autres attributs chers aux Français… Deux allégories féminines pour marquer le destin d’un homme, et l’on dira encore que les femmes sont sous-représentées en politique !

va se présenter devant les trois juges chargés de la difficile enquête sur son affaire. La parité n’est encore pas respectée qui a désigné un homme et deux femmes. Serge Tournaire, Aude Buresi et Stéphanie Tacheau sont donc les magistrats qui ont quelque peu le sort de la France entre leurs mains. Si l’homme est l’instructeur en chef et les deux femmes ses adjointes, il n’en demeure pas moins que la majorité des conclusions pourrait procéder de celles-ci.

Le convoqué doit-il revêtir ses plus beaux atours, les mieux coupés, au risque de provoquer un tantinet ses inquisiteurs et la presse en embuscade, ou bien faire peuple ? Dans le premier cas, il montrerait l’allure et l’élégance d’un vrai chef d’État, dans le second un misérabilisme de circonstance qui pourrait encore davantage narguer sa partie adverse !

Car cette confrontation est bien une étape importante de la campagne du candidat et, par là même, de ses concurrents. Mise en examen ou pas, les commentaires vont derechef alimenter les débats et déclarations diverses. La balance de la Justice menace encore d’embarquer des convictions légères et des esprits versatiles…

Lors de sa conférence de presse de ce lundi, François Fillon a (re)présenté son programme et le calendrier de mise en œuvre, en termes concis et clairs. Et il a conclu, avec le sourire d’un homme peu stressé, qu’il appartient au peuple souverain de décider de la conclusion plénière…

À lire aussi

Emplois agricoles : assaut de volontaires !

Aller aux fraises – et non errer ! …