Editoriaux - People - Société - 7 janvier 2019

Yann Moix : l’homme de 50 ans qui aime les femmes asiatiques de 25 ans

Des Asiatiques ou rien : c’est ce que vient de confier Yann Moix au journal Marie-Claire à propos de ses relations amoureuses avec les femmes. Et avoir des enfants ? Peut-être, « à condition de ne pas [s]’en occuper […] Éduquer un enfant, oui, l’élever, non. » Au moins, çan c’est clair, Marie-Claire.

« Je suis avec une femme depuis quelques mois […] Je ne sors qu’avec des Asiatiques. Essentiellement des Coréennes, des Chinoises, des Japonaises. Je ne m’en vante pas. Beaucoup de gens seraient incapables de vous l’avouer car c’est du racialisme. C’est peut-être triste et réducteur pour les femmes avec qui je sors, mais le genre asiatique est suffisamment riche, large et infini pour que je n’en aie pas honte. »

Des Asiatiques, hein ? C’est drôle, de la part d’un immigrationniste multiculturaliste, qui rêve de « dissiper la nausée par l’arrivée, la plus massive possible, de ces Français de demain, nés à Kaboul, à Khartoum, à Asmara », de préférer des femmes issues de pays plutôt ethniquement homogènes ! Évidemment, Yann Moix ne s’étend guère sur les raisons réelles de cette appétence extra-européenne-là parce que l’expliquer par « le genre asiatique suffisamment riche, large et infini », c’est peut-être s’engager sur un drôle de terrain.

Évidemment, on imagine le tollé si un homme étiqueté politiquement incorrect décrétait ne sortir qu’avec des femmes européennes : des Françaises bien de chez nous, des Italiennes, des Hollandaises, par exemple… parce que le genre européen est suffisamment riche, large et infini.

Au fait, et si Yann Moix était subjugué par la pensée féminine asiatique, décrite par le philosophe Sunthorn Phu après récolte d’informations sur le sujet dans toute l’Asie ? Qu’est-ce qui lui plaît donc tant, chez la femme asiatique, dans ces traits de caractères que toutes les autres femmes, les Européennes en particulier, n’auraient pas ou plus ? Qu’elle le considère comme « son roi », lui prépare tous ses repas, qu’elle soit docile mais sauvage au lit, qu’elle entretienne la maison et le laisse sortir avec ses potes ? Qu’elle sourie tout le temps et veille à rester en forme ?

Justement, la forme ! Capital, pour Yann Moix. Sortir avec une femme de cinquante ans ? Ça ne va pas, la tête ! « Le corps d’une femme de 25 ans, c’est extraordinaire ! » C’est sûr. Et la tête de l’homme de 50 ans avec cet air du gars qui semble s’être levé du pied gauche, c’est pas extraordinaire, aussi ? Peut-être. Moi j’aime pas, mais c’est chacun son goût.

Et les enfants, finalement, il en veut ou pas ? Parce qu’il n’y a pas si longtemps, « la notion de famille lui donnait la nausée », il voyait les liens du sang responsables du racisme et aurait souhaité interdire aux parents d’élever leurs enfants biologiques ! Oui, à condition de ne « les croiser que de temps en temps » car il ne « supporte pas l’autorité, la punition, les reproches ». « Familles, je vous hais », qu’il disait, l’autre.

En tout cas, on l’a trouvé, le mâle blanc dominant de cinquante ans, version un tantinet aigrie.

À lire aussi

Avec cette propagande d’hier ou d’aujourd’hui, ce sont nos enfants qu’ils assassinent !

Envisagerait-elle bientôt, comme dans le fameux 1984, d'inciter les élèves à dénoncer leur…