International -

Vers un coming out collectif des footballeurs anglais ?

 

Greg Clarke, le président de la Fédération anglaise de football, a proposé une initiative pour que les footballeurs professionnels qui seraient homosexuels rendent publique cette situation, tous en même temps, en début de saison, afin qu’ils ne soient pas stigmatisés. Il est vrai que le milieu sportif est particulièrement ingrat. Chez les jeunes sportifs, l’esprit de concurrence et la haine de la différence sont indéniables, et les homosexuels ne sont pas les seuls visés. Une personne androgyne, obèse ou souffrant de certains handicaps aura tout autant à craindre des vestiaires sportifs. Aucun individu sensé ne saurait cautionner ça.

L’homosexualité dans le monde du sport, en particulier du sport collectif, pose un problème quant à l’intimité. En effet, les sportifs utilisent généralement des douches collectives, se voient nus ; de là, la découverte de l’homosexualité d’un des membres de l’équipe peut induire un malaise qui, par effet de groupe, peut conduire à une situation qui dégénère. Dissocions pourtant le désir homosexuel de la pratique homosexuelle, puisque les jeux idiots à connotations sexuelles sont fréquents dans les groupes de jeunes hommes, ce qui ne fait pas d’eux des homosexuels pour autant !

Cette initiative de Greg Clarke part a priori d’une bonne intention, à la suite de discussions avec des joueurs homosexuels. Quelles pourraient en être les conséquences ? Selon les statistiques, il y a 519 joueurs en Premier League, répartis sur 20 clubs. Si l’on considère que les footballeurs sont représentatifs de la population, il devrait donc y avoir entre 5 et 10 personnes homosexuelles parmi ceux-ci. Bref, dans le meilleur des cas, une personne dans la moitié des clubs. Si l’on considère que les personnes homosexuelles ont plus de difficultés à tenir bon dans un tel milieu et que ceux qui ont réussi à dissimuler leur orientation n’auront pas envie de prendre de risque, cette initiative risque fort d’être contre-productive. Les quelques sportifs qui s’y joindront seront exposés, et probablement déçus de ne pas trouver plus de représentants, les effets sur les violences de vestiaires seront négligeables. Au passage, certains jeunes homosexuels seront plus exposés aux sévices, ce qui pourrait conduire à des drames.

Ô vous, responsables sportifs, que vous soyez à la tête d’une fédération ou simple professeur, réfléchissez aux conséquences de vos actes. Et évitez les initiatives malheureuses qui risquent de se retourner contre ceux que vous souhaitez protéger. Ne dit-on pas que l’enfer est pavé de bonnes intentions ?

POUR ALLER PLUS LOIN