Editoriaux - People - Politique - Sport - 17 juillet 2018

Un peu de sang-froid, Emmanuel Macron !

Le spectacle lors de cette de Coupe du monde suscite deux interrogations.

Ma vie durant, je n’ai jamais connu une telle explosion de joie populaire. Bien des lecteurs penseront, que ces oriflammes bleu blanc rouge brandies aux fenêtres de voitures bondées de jeunes en liesse, ces concerts d’avertisseurs, cette joie tricolore sur les trottoirs, c’est d’abord le bonheur, la fête partagée !

Certes, mais rappelons toutefois que la cause de tout cet émoi n’est qu’un jeu, un sport, une activité humaine ludique, assez dérisoire finalement, tout comme l’étaient les courses de chars dans la Rome impériale et décadente.

Voit-on pareille effusion pour fêter une grande découverte scientifique ou médicale, un prix Nobel ayant apporté une lumière nouvelle qui repousse plus loin les sombres limites de la connaissance humaine ? Non ! La disproportion entre la cause et les effets frappe et interpelle.

Cette première question mène, hélas, à une seconde, bien plus grave. À la une du Figaro, j’ai découvert avec consternation le reportage intitulé « Emmanuel Macron dans tous ses états pendant France-Croatie ». Ce ne sont que des photos, les photos du Président.

Affligeant, accablant : je ne trouve pas les mots. Le reportage photo, assez cruel finalement, montre sans la moindre ambiguïté un Président à la gestuelle débridée, hystéroïde, inquiétante. Que Macron manifeste sa satisfaction, je peux comprendre au regard des évidents bénéfices politiques qu’il va tirer de la chose. Mais manifester si impudiquement sa joie, juché sur le pupitre en gesticulant sans retenue, alors que tout le monde à côté reste assis, cela ne cadre guère avec la fonction présidentielle.

De telles manifestations excessives sont-elles compatibles avec l’indispensable sang-froid d’un chef d’État qui dispose du feu nucléaire ? Récemment, des actes de guerre ont été décidés contre un pays qui ne nous a nullement attaqués et qui est allié à une puissance militairement bien supérieure à la nôtre. Heureusement que Vladimir Poutine est d’une autre trempe que le supporter gesticulant, sinon je craindrais pour le pays où je vis.

J’avais déjà relevé ( Et Macron dansa au Nigeria ) un comportement qui paraissait dépourvu de la retenue qu’on attend d’un adulte. C’était peut-être un écart dû à la chaleur africaine, mais hélas, cela continue.

Lors de ce match, nous vîmes deux jeunes présidents enthousiastes.

La présidente croate était enthousiaste et digne. Le Président français était enthousiaste…

Commentaires fermés sur Un peu de sang-froid, Emmanuel Macron !

À lire aussi

Pas de drapeau britannique sur la table : le politiquement correct a encore frappé !

Eh bien, présenter un repas avec un petit drapeau britannique, c’est « raciste » ! …