Editoriaux - Médias - Presse - Télévision - 1 janvier 2019

Un journaliste de Libération cerné par des millions de crétins

Le malheureux s'appelle Jean Quatremer

Il s’appelle Jean Quatremer. Soutien de la première heure d’Emmanuel Macron. Donateur au mouvement En marche ! Un visionnaire. Dès le premier tour, ce journaliste de Libération avait pressenti le stratège, le pacificateur de la France qui sommeillait en ce candidat tout juste sorti de l’œuf couvé avec amour par François Hollande. Ce poussin irait loin. Croupier, tout sur le jaune ! Une partie de son PEA y est passé. Le barrage au péril fasciste méritait quelques sacrifices. Pas envie de voir des troupes armées jusqu’aux dents frapper des opposants, leur tirer dessus au Flash-Ball® à bout portant, les placer en garde à vue à tour de bras… Aujourd’hui, on peut le dire, Jean Quatremer a participé, dans la mesure de ses moyens, à nous préserver du chaos.

Ébloui par le don de voyance extralucide du personnage, France Info s’en fut donc l’inviter à délivrer ses prophéties pour l’année à venir. Un décryptage de la situation par un devin s’imposait. Et ils ne furent pas déçus. L’oracle était en forme. À la question de l’animateur sur le ras-le-bol des peuples, dans un état de semi-transe, semblant possédé par les forces du bien, Jean Quatremer vomit quelques Bisounours verdâtres puis émit sa vision à propos du vote des Italiens : « Les citoyens sont des gens intelligents, ils ont accès à la connaissance, etc. Et on va dire “ah les pauvres, ils sont perdus”. Non ! Ce sont des crétins ! Moi, j’y peux rien. »

Des crétins. Et il n’y peut rien. Peut-être peut-il faire un don pour favoriser l’alphabétisation des Italiens. Qu’ils suivent des stages intensifs de macronnisme. Qu’ils sortent de cet état de bêtes sauvages qui les fait voter pour Salvini. « Vous pas savoir bien penser… Vous connaître signore Macronni ? Amigo Benalla matraquès ? Vous pas connaître ? Ah, les pauvres… Y a du boulot. »

Les invités, l’animateur et toute l’équipe technique prirent des notes. L’année 2019 sera marquée par le crétinisme des peuples. Qu’ils portent gilet jaune ou non. Seuls quelques esprits grandioses seront épargnés par ce tsunami de bêtise. Jean Quatremer d’abord. Véritable phare de la pensée intelligente, il continuera de tourner sur lui-même pour éclairer le monde. Contre vents et marées, il préviendra de l’arrivée du mal. Fasciste à babord ! Chemise brune à tribord ! Cerné par 60 millions d’abrutis, il résistera puis sera assommé par une arme en silex tenue par un primitif. Livré à la vindicte de ceux qu’ils traitaient de crétin, le mage de Boulevard voltaire le voit finir en ragoût mijotant dans une grande marmite… au centre d’un rond-point. Mal en point mais heureux d’avoir produit le bon diagnostic. Enfin…

À lire aussi

Grand débat : le marketing-circus de la communication en tournée dans toute la France

À notre connaissance, le coût de cette opération de diversion n’a pas été communiqué. Son …