Editoriaux - Religion - 18 décembre 2018

Toblerone, ou le halal ni vu ni connu

Jusqu’en avril 2018, lorsqu’un musulman se régalait d’un Toblerone, il avait à subir les foudres d’Allah. Rien ne garantissait que la barre chocolatée n’avait pas été manipulée par un ouvrier amateur de sandwichs au jambon. Quelques gouttes de bière pouvaient parsemer le sol des ateliers. Le directeur s’était peut-être rendu à son travail à dos de cochon.

Pour en finir avec cette suspicion bien naturelle, la société Mondelēz fabricante du produit décida de couper court à ces égarements en bannissant de ses unités de fabrication toutes traces de porc et d’alcool. Ainsi, la barre chocolatée devint halal et le musulman put croquer le Toblerone a pleines dents sans craindre que le ciel ne lui tombe sur la tête.

La prévision d’une progression de 30 % de l’économie islamique mondiale d’ici 2021 avait convaincu les mécréants de Mondelez de se conformer aux pinaillages des règles de la religion porteuse de chiffre d’affaires. Pour peu que l’Arabie saoudite procède, désormais, à des lapidations à coups de barre de Toblerone, le marché s’annonçait gigantesque.

Aux narquois tentés de sourire devant ces mesures, Mounir Khouzami, président du Swiss Arab Network, explique : « C’est plus que le renoncement au porc, c’est une philosophie de la vie. Le halal s’applique non seulement à l’alimentation, mais aussi à de nombreux autres domaines de la vie quotidienne. » La conquête d’une clientèle musulmane avide de pureté pourrait conduire à proposer des produits aussi inattendus que le tournevis halal, les œufs pondus par des poules voilées ou la chanson « Amsterdam » de Jacques Brel garantie sans port.

Malgré un arsenal de précautions, les industriels ne sont, hélas, pas à l’abri du grain de sable dans la babouche. Un ouvrier dont la belle-sœur est charcutière aurait été repéré au sein d’une équipe chargée de l’emballage du Toblerone. De gros efforts restent encore à faire.

Comme l’antériorité de cette certification le démontre, la société Mondelēz a procédé à ce changement en toute discrétion. La crainte d’un appel au boycott a poussé les dirigeants à opérer sournoisement… À raison. Le refus du consommateur d’ingurgiter des aliments conformés à une religion quelconque pourrait – à l’image des gilets jaunes – entraîner un effet de masse spontané… La forme triangulaire et dentelée du Toblerone semble avoir été conçue pour monter des barricades…

Cher lecteur,
Cet article vous a intéressé ?
Aidez Boulevard Voltaire, par un don, à vous fournir chaque jour de l’information de qualité,  non filtrée au politiquement correct, et à diffuser massivement cette contre-information au plus grand nombre de Français pour restaurer le vrai débat d’idées qui manque tant dans notre pays.

D'avance, merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Grand débat : le marketing-circus de la communication en tournée dans toute la France

À notre connaissance, le coût de cette opération de diversion n’a pas été communiqué. Son …