Le racisme anti-blanc commence à l’école…

Romancier, écrivain, blogueur
 

Alors que bien souvent le racisme anti-blanc est marginalisé quand il n’est pas le plus souvent nié, ce fait divers nous renvoie la réalité à la figure. Brutalement.

Les réseaux sociaux ont ceci d’intéressant qu’ils permettent de capturer l’instant. Le compte Twitter de Joyce GBE qui se présente comme un surveillant scolaire est terrifiant. Jeune embauché, cet homme affirme « J’men régale de les punir ahaha. Et j’favorise les Noirs et les Tissmey – Si y’a un Babtou il se tape avec un Noir, j’puni pas les deux. Le Babtou il doit dire « pardon » et il va au coin. Le noir il peut aller jouer – J’vais punir tous les petits Babtou qui font les malins dans la cour de Récrée ». Depuis, son compte Twitter a été suspendu…

cd50a7dff61112dde3aded3262dcd449

Sans détour ni honte, ce personnage nous explique sa façon bien à lui de traiter des enfants en bas âge qui sont pourtant particulièrement fragiles dans cette période de construction. Cette situation a le mérite d’exploser au grand jour, grâce à la bêtise de son auteur qui croit bon s’en vanter sur la place publique. Mais pour un Joyce GBE exposé sur la place publique, combien d’intervenants partageant cette façon de faire ? Et la justification « Bah ouai j’me venge » est-elle tolérable ?

Quand on évoque les dangers du multiculturalisme, on omet bien trop souvent de parler de ce genre de situations, pourtant banales j’en ai bien peur, ayant été moi-même le témoin à plusieurs reprises de groupes périscolaires menés par des « jeunes » qui n’avaient manifestement aucune qualification ni même tenue, paradant ostensiblement casquette à l’envers et sweat « Ici c’est Paris, Fuck Marseille ».

Monsieur Peillon, tant occupé à pousser la théorie des genres dans les programmes scolaires, ferait bien de se pencher sur ce cas en particulier mais également sur ce qu’il dit d’une certaine idéologie qui pourrait progresser à l’école. La réforme des rythmes scolaires semble dès lors très éloignée de l’urgence qu’il y a à s’assurer de la probité du personnel recruté, ce personnel en première ligne face à des têtes blondes qui imprégneront forcément ce qu’elles voient. Au fait, Monsieur Peillon, c’est bien cette semaine que vous lancez votre plan « contre-le-harcèlement-à-l’école » ? S’il faut même se méfier du personnel éducatif, maintenant…

Cet article vous a plu ?
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.