S’ils étaient sincères, les musulmans modérés voteraient Marine…

Militant associatif et auteur

Fondateur de Riposte Laïque

 

Le discours officiel qui nous est servi, en France, serait que la majorité des musulmans de notre pays seraient des modérés et qu’ils seraient les premières victimes des exactions de leurs radicaux. Après chaque attentat, nous avons droit, sur les plateaux de télévision, aux indignations des Boubakeur, Ramadan, Lasfar, Oubrou, Chalghoumi, qui viennent défendre la religion de paix, de tolérance et d’amour qui, bien évidemment, n’a rien à voir avec Charlie Hebdo, le Bataclan, Nice, le prêtre égorgé, les policiers de Magnanville assassinés et le dernier meurtre des Champs-Élysées.

J’étais donc convaincu que les musulmans modérés de France, dont certains me disent qu’ils représenteraient 99 % de la communauté, allaient massivement voter pour la seule candidate qui, dans son programme, proposait l’éradication de l’islam radical, la dissolution de l’UOIF et la fermeture des mosquées salafistes. Car en interdisant ces mouvements, Marine Le Pen allait dans leur sens, et les libérerait des extrémistes qui ternissent tant l’image de l’islam. Comme, d’autre part, la candidate du Front national était la seule à demander l’abrogation de la loi Taubira sur le mariage homo, je ne doutais pas d’un déferlement de voix musulmanes en faveur de Marine Le Pen, le soir du 23 avril.

Aussi, ma surprise fut grande, en consultant le vote des musulmans, selon une étude menée par l’hebdomadaire Le Pèlerin. Mélenchon arrive grand gagnant (avec 37 %) devant Macron (24 %) et Hamon (17 %). Fillon atteint péniblement les 10 %, et pas de traces de Marine ! 78 % des musulmans ont donc voté pour des candidats de gauche qui soutiennent le mariage homosexuel… mais surtout une immigration massive et leurs revendications communautaristes.

Éternel candide, je pensais que les porte-parole des musulmans en France allaient rappeler les brebis égarées à l’ordre, pour le deuxième tour. Je ne doutais pas qu’ils prendraient leurs distances avec Emmanuel Macron, vu que ce dernier, sur un plateau de télévision, croyant le micro fermé, avait avoué qu’il travaillait avec l’islamiste « un peu radical » Mohamed Saou, qui était par ailleurs « un bon gars ». Comme, par ailleurs, les musulmans modérés se disent patriotes et laïques, j’étais certain que leurs imams allaient les mettre en garde contre un candidat qui affirme qu’il n’y a pas de culture française et qui défend le voile islamique dans l’entreprise.

Or, depuis lundi matin, c’est un déferlement d’appels à voter pour Emmanuel Macron pour battre Marine Le Pen ! Cela a commencé dès lundi matin par la Grande Mosquée de Paris de Dalil Boubakeur. Puis Hani Ramadan a appelé à combattre le nazisme – rien de moins. Et même celui qu’on nous présente comme le meilleur de tous les imams modérés, Hassen Chalghoumi, qui se dit ami d’Israël, se met de la partie et appelle, lui aussi, tous les musulmans de France à voter Macron, contre Marine Le Pen. Sans oublier l’UOIF qui, par son président Amar Lasfar, avait appelé, à son rassemblement, à faire barrage à la candidate « d’extrême droite ».

Je suis donc obligé d’en conclure que les musulmans dits modérés préfèrent Macron, qui travaille avec un « radical » et souhaite l’accélération de l’islamisation de la France, permise par une immigration massive, à Marine Le Pen, qui veut défendre son pays menacé par l’invasion migratoire et les attentats des islamistes.

De là à en conclure que la majorité des disciples d’Allah dits modérés rêvent d’une France musulmane appliquant la charia, et qu’ils pensent que Macron accélérera ce souhait, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement.

Fondateur de Riposte Laïque

POUR ALLER PLUS LOIN