Editoriaux - Justice - 1 août 2018

S’ils avaient tiré, ils auraient été accusés… de racisme !

Ah, le beau pays que le nôtre ! Avez-vous remarqué que la vérité finit toujours par y éclater au grand jour ? Tard, parfois, j’en conviens, puisqu’on sait maintenant avec une quasi-certitude que le nuage de Tchernobyl n’avait pas vraiment rebroussé chemin en voyant arriver la frontière française.

Ainsi, madame Belloubet, garde des Sceaux, nous a-t-elle récemment narré toute la vérité sur l’évasion du braqueur multirécidiviste Redoine Faïd, le 1er juillet, de la prison de Réau (Seine-et-Marne). Il s’agissait de la « conjonction de failles de sécurité » qui ont été exploitées par un commando « paramilitaire », absence de filins anti-hélicoptère et « problème » sur le dispositif d’appel d’urgence des forces de l’ordre.

Mais, surtout, la cause primordiale, c’était l’administration pénitentiaire, « insuffisamment réactive ». Car, avant cette évasion, la direction de l’administration pénitentiaire avait été avertie par la direction interrégionale d’Île-de-France d’une « menace sérieuse de passage à l’acte » de la part de Redoine Faïd.

Résumons-nous. Le vrai problème, ce n’est pas le détenu qui cherche à s’évader, c’est le fonctionnaire chargé de le surveiller et qui ne fait pas son boulot, le bougre. Comme d’habitude…

Personnellement, cela me rappelle, mutatis mutandis, la doxa actuelle de la victime qui se trouvait « au mauvais endroit au mauvais moment ». C’est de sa faute, si elle est morte.

Toujours la même « logique » inversée directement issue des errements soixante-huitards.

Le bon sens nous susurre pourtant que, si les surveillants, qui sont armés, n’étaient paralysés par des règlements du ministère de mesdames Belloubet et Taubira, ils auraient facilement pu empêcher l’hélicoptère de repartir. Aucun pilote, dans ces conditions, n’aurait d’ailleurs accepté de survoler une prison. Mais les forces de l’ordre n’ont le droit de se servir de leurs armes qu’avant de mourir ! On n’est pas chez Trump, en France, que diable ! Les surveillants avaient juste le droit de crier « Stop ! Revenez ou je… fais un malheur ! » Ce qui impressionne toujours le truand.

Dans la France libérale-libertaire-droit-de-l’hommiste de Macron, le bouc émissaire, il est tout trouvé et toujours le même : c’est le fonctionnaire français qui symbolise la survie de l’État-France. La Commission européenne qui bataille pour toutes les formes de supranationalités l’a bien compris. Le mondialisme vient de prendre une grande claque en Italie, mais la Macronie n’a toujours pas compris. Les « élites » françaises sont en retard d’une guerre, comme toujours.

C’est vrai que, s’ils avaient tiré, les surveillants auraient sûrement été accusés de… racisme ! Au moins par Mediapart

Commentaires fermés sur S’ils avaient tiré, ils auraient été accusés… de racisme !

À lire aussi

Bienvenue en Radarie !

Les radars rapportent de plus en plus à l’Etat et le cap du milliard d’euros de recettes e…