13 février 2018

Le service militaire obligatoire est une fausse bonne idée

La semaine dernière, le ministre des Armées Florence Parly a affirmé que le service militaire, engagement de campagne d’Emmanuel Macron, « ne serait probablement pas obligatoire« . Mais, dimanche, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, a déclaré de son côté qu’il était favorable à un service obligatoire. Et mardi matin, Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, annonçait que ce service « sera universel, il concernera toute la classe d’âge et il sera obligatoire ».
Le général (2s) Vincent Desportes analyse, pour Boulevard Voltaire, cet apparent imbroglio au sommet de l’État et donne son point de vue sur ce projet de service.

Général Desportes, nous assistons à un petit imbroglio au sommet de l’État à propos du service national universel (SNU). Le Président Macron souhaite que cette mesure soit appliquée. La ministre des Armées Florence Parly a déclaré qu’il n’y aurait aucune obligation à faire ce service. Gérard Collomb, quant à lui, a l’air de dire l’inverse. Quelle est votre position ?

Deux écoles s’affrontent, l’école de l’idéologie avec le ministre de l’Intérieur et celle du réalisme avec celle de madame Parly.
D’un côté, le ministre des Armées connaît désormais la situation de délabrement de l’armée française et sa difficulté à remonter en puissance. Elle a bien compris que ce projet serait – à tort, et quoi qu’on en dise – porté par les armées. Elle pense que ce n’est pas la priorité de la défense qui doit d’abord se rétablir et se restaurer pour être à la hauteur des enjeux.
De l’autre, le ministre de l’Intérieur a un problème de cohésion sociale. C’est son problème. Il pense, même si je ne suis pas très sûr qu’il ait raison, que le SNU pourrait être le bon outil de reconstruction de la collectivité et de la socialisation des jeunes Français.
Au fond, chacun des deux intervenants parle du siège de son ministère. L’un a un problème de défense à régler et l’autre à un problème de socialisation et de refondation de la société française.

Ce débat intervient alors même que le budget de la défense est devenu un sujet primordial dans l’actualité. Selon vous, les armées peuvent-elles supporter cet effort ?

Les propos officiels ont été clairs. Il faudra plusieurs milliards par an pour financer ce projet. Ce budget ne devrait pas être pris sur le budget de défense, et c’est le moins qu’on puisse espérer. La défense est encore très loin d’avoir les budgets nécessaires à sa remise en état.
Mais ce projet pèsera sur les armées d’une façon ou d’une autre. Comme d’habitude, le ministère le plus discipliné donnera le plus. C’est donc le ministère des armées. On aura beaucoup plus de facilité à demander aux militaires de venir encadrer des jeunes qu’à l’Éducation nationale ou à la Santé.
Un nombre considérable de cadres seront donc concernés. Dans une affaire comme celle-ci, il faut un cadre pour quatre jeunes. On ne peut pas imaginer qu’il faille moins de dix à quinze mille cadres pour encadrer ce service. Si on enlève dix à quinze mille cadres à l’armée française qui est déjà sur engagée, et par ailleurs la moins encadrée d’Europe, cela va porter un coup difficile aux armées.

Selon vous, ce service national universel pourrait-il être un bon outil pour rénover une cohésion sociale effectivement bien mise à mal ?

Je pense que c’est une fausse bonne idée. Il y a bien un problème de cohésion nationale. Et il y a bien un problème d’illettrisme, de santé, etc.
Le service national a rempli ce rôle il y a plus de vingt ans maintenant. On pense à tort qu’il serait capable de le remplir aujourd’hui. Je ne le pense pas.
Le problème n’est pas un problème militaire. Les cadres militaires ne seront pas forcément le mieux à même de régler le problème.
Tout militaires est un éducateur par profession et sont de fait mieux placés que d’autres pour faire cela. Mais est-ce bien à eux de le faire ?
Si c’est à eux de le faire et s’ils sont les mieux placés, ils régleront un problème qui n’est pas le leur et cela fera du tort aux capacités de défense française.
Je ne pense pas que l’idée d’un service militaire soit une bonne idée. Cette idée a été lancée sans que la finalité du projet soit vraiment établie. Puisque l’objectif est encore débattu, on a bien du mal à savoir ce qu’on en attend vraiment et comment on va le faire.

Commentaires fermés sur Le service militaire obligatoire est une fausse bonne idée

À lire aussi

« La France est totalement dans l’incapacité technique et militaire d’imposer sa volonté à la Syrie »

Vendredi dernier, le général François Lecointre, chef d'état-major des armées, déclarait a…