Audio - Editoriaux - Entretiens - Polémiques - Politique - 22 février 2019

Sébastien Meurant : « Le Sénat est au service de la France, Benjamin Griveaux et Christophe Castaner sont au service du pouvoir »

Le rapport de la commission d’enquête du Sénat sur « l’affaire Benalla » a été particulièrement critiqué par plusieurs membres du gouvernement.

Au micro de Boulevard Voltaire, Sébastien Meurant défend le travail des sénateurs face à un exécutif « en perte de sens ».

Le Sénat a rendu son rapport sur les auditions d’Alexandre Benalla. Le rapport souligne beaucoup d’anomalies et même des cas avérés de mensonges. La réponse de l’exécutif a été extrêmement brutale puisque Benjamin Griveaux dénonce de nombreuses contre-vérités que contiendrait le rapport. M. Castaner rétorque que le Sénat est un danger pour la République. Comment le palais du Luxembourg a-t-il accueilli ces propos ?

Après 50 heures de travaux publics, les Français se sont bien rendu compte que monsieur Benalla – et ce n’est pas le seul – avait menti à la représentation nationale.
L’affaire en elle-même était peu de chose au départ. Mais elle révèle un dysfonctionnement majeur sur l’organisation de la sécurité du président de la République et de l’État.
Il y a une volonté de masquer aux Français la réalité de ce qui se passe. Ce sont des faits avérés. La Justice va devoir appliquer les peines qui vont avec les mensonges de messieurs Benalla et Crase.
Le Sénat est au service de la France et de la République. J’espère que cela est apparu au grand jour auprès des Français. Tandis que messieurs Griveaux et Castaner sont au service du pouvoir. La grande différence est là !
Monsieur Griveaux condamne sans avoir lu le rapport. Il est dramatique d’avoir des ministres à ce point médiocres, qui condamnent sans avoir lu. Monsieur Castaner est quand même ministre de l’Intérieur. C’est le même qui a été incapable de protéger l’Arc de Triomphe et la tombe du Soldat inconnu.
S’il existe encore un tout petit peu d’équilibre de pouvoir dans ce pays, c’est grâce au Sénat. L’Assemblée nationale avait pour mission d’enterrer le rapport sur l’affaire Benalla. Rappelez-vous que le président de la République avait dit : « Qu’ils viennent me chercher, le seul responsable, c’est moi. »
Si dans ce pays, on essaie d’améliorer les choses, c’est au Sénat que cela se passe et, au moins, ça éclate au grand jour.

Comment le Sénat va-t-il réagir à ces attaques ?

Un parlementaire a demandé à discuter avec le président de la République. J’ai toute confiance en Philippe Bas et en la qualité de son travail. Philippe Bas est extrêmement sérieux, compétent, posé et équilibré.
Tout ce qui a été fait au Sénat l’a été devant la représentation nationale, au grand jour, devant les Français. Tout ce qui a été fait constitue un travail sérieux et de qualité qui vise à faire en sorte que la façon dont nous sommes gouvernés fonctionne mieux.
Il est absolument incroyable qu’il y ait eu de tels dysfonctionnements sur la sécurité, et de telles approches avec des oligarques russes. C’est surréaliste.
Ce n’est d’ailleurs pas le seul. Il y a aussi ceux qui ont la foi des convertis. Certains qui viennent de notre « camp » vont jusqu’à servir leur maître. J’utilise ce mot-là parce que c’est vraiment cela. Ils ont perdu toute mesure.
Au Sénat, j’ai tout à fait confiance en Philippe Bas et en Gérard Larcher. Ils ont tous les deux le sens de l’État. On retrouve, aujourd’hui, au Sénat ce sens de l’État qu’on ne retrouve malheureusement ni à l’Assemblée nationale ni au gouvernement.

Le garde des Sceaux est venu en soutien de Marlène Schiappa, après ses propos sur la Manif pour tous. Comment qualifieriez-vous cette communication gouvernementale ?

J’ai du mal à la qualifier, tellement c’est abject. Une absurdité, une bêtise sans nom. C’est gravissime dans la mesure où le garde des Sceaux est garant de la Justice, ce plateau de l’équilibre de la pensée. Il est garant de la justice pour tous et se permet de donner du crédit à ces propos complètement délirants.
Ce pouvoir est complètement en perte de sens élémentaire. Les mots sont trop faibles. Mettre sur le même plan des manifestants pacifiques qui défendent la famille et des valeurs auxquelles je suis personnellement attaché, et des barbares qui égorgent, violent, tuent et sont condamnés pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité. C’est absurde! Madame Schiappa veut soi-disant défendre l’égalité entre les hommes, les femmes et lutter contre les discriminations. Ces propos n’ont pas de nom ! Je me suis demandé si elle était dans son état normal. Malheureusement, je le crains.
C’est tragique d’avoir ce type de gouvernement à la tête du pays.

À lire aussi

Sébastien Meurant : « Le Sénat a fait son travail, contrairement à l’Assemblée nationale »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleLe torchon brûle entre l’exécutif et le …