11 juillet 2014

Scoop : quelque chose de pourri au royaume du football

Vendre ou ne pas vendre, telle est la question. Quand à organiser carrément un trafic de billets pour la coupe du monde c’est encore mieux. C’est juteux à souhait. Du moins… c’était, car « la mafia des billets » comme on la nomme désormais au Brésil vient de s’écrouler, et ça fait un sacré « bagunça » (bordel) comme on dit là-bas !

Au départ, c’est un « franco-algérien », Mohamadou Lamine Fofana, qui s’est fait griller au bord des plages. Mais son compère le british Ray Whelan, véritable boss, arrêté une première fois lundi et libéré sous caution, a eu le temps, par miracle, de faire faux bond à la police du cru venue le pincer dans son hôtel peu après.

La machine était bien huilée : Ray, directeur de la société « Match Hospitality », obtenait gratuitement des billets de match par la FIFA, dont elle est prestataire exclusif, destinés à des V.I.P. – ONG, fédérations, joueurs, partenaires – et les redistribuait ensuite à son homme de main, Mohamadou Lamine Fofana, qui les écoulait dans son réseau via des agences de voyages de Copacabana. La fine équipe, une douzaine de personnes impliquées à ce jour, ne faisait pas dans la dentelle : 1000 tickets par match à 1000 euros environ en moyenne, selon les enquêteurs brésiliens. Oui je sais, que des gens puissent acheter des billets à ce prix peut déranger… mais ce genre de pigeon existe.

La presse carioca (le journal O Dia) explique que le deal durait depuis la coupes du monde 1998 et rapportait près de 70 millions d’euros par tournoi. Elle a retranscrit des enregistrements dans lesquels l’algérien pivot du trafic implique « un mec de la FIFA »… FIFA qui n’a déjà pas vraiment une bonne image au Brésil depuis qu’elle a interdit aux traditionnels commerçants ambulants locaux de vendre leurs babioles aux abords des stades. La CBF, puissante et ultra corrompue fédération du foot brésilien avait – dit-on – peut-être des pions dans ce jeu d’échecs très glauque, tout comme d’autres fédérations.

Dans ce panier de crabes, où le fric coule à flot, on trouve de jolies pièces, ainsi le neveu du président actuel de la FIFA, Sepp Blatter… actionnaire de la société qui obtenait les précieux sésames ou le frère et agent du célèbre joueur Ronaldinho gaucho, champion du monde avec la seleção en 2002, qui était en contact téléphonique avec notre bon Fofana !

Interrogé, le neveu de Blatter nous a rassurés, nous les honnêtes gens « je ne savais rien de ce trafic, je ne m’occupe pas de billets, je m’occupe de politique ». Ouf.

Commentaires fermés sur Scoop : quelque chose de pourri au royaume du football

À lire aussi

Le gay de l’année victime de discrimination !

Matthieu Chartraire est le symbole de cette bataille culturelle perdue pour la gauche. …