Désastres halieutiques en série aux primaires

 

Après Jean-Frédéric Poisson évincé, exeunt les Poissons roses et Régis Passerieux, leur candidat qui prétendait participer aux primaires de la « Belle alliance populaire ». Faute d’un nombre de parrainages suffisants, ces chrétiens de gauche n’auront pas de compétiteur aligné sur la ligne de départ. Certes, il s’agissait d’un challenger. La direction du Parti socialiste aurait organisé l’ostracisme en décourageant les parlementaires d’apporter leur soutien à ce mouvement atypique de chrétiens revendiquant de l’être dans un parti où il est de bon ton de manger ostensiblement un steak le vendredi, par pure provocation. Ils doutent, désormais, d’avoir encore une place dans les eaux troubles du marigot.

Être chrétien et communiste est un oxymore, parce que le marxisme et l’enseignement du Christ sont incompatibles. Par contre, être social-démocrate et chrétien n’est sans doute pas impossible, peut-être même plus facile que d’être chrétien et (très) libéral. Mais voilà, le Parti socialiste a beau se prétendre (parfois) social-démocrate, cela ne résiste pas à l’analyse sérieuses des faits.

Parmi les candidats en vue de la rue de Solférino, il y a Arnaud Montebourg et Benoît Hamon, pas vraiment réputés pour être des modérés. Il y a aussi Vincent Peillon, censé mieux incarner le hollandisme, mais qui souhaite achever la Révolution en éradiquant le catholicisme. Manuel Valls se prétend social-démocrate quand ça l’arrange, mais sa pratique récente du pouvoir était tout sauf démocratique : répression sauvage de manifestants pacifiques, loi Renseignement, délit d’opinion rétabli avec celui d’entrave, état d’urgence permanent, 49-3 à répétition ; faut-il continuer la liste ?

Le Parti socialiste français n’a jamais cessé de se compromettre avec les marxistes purs et durs. Gérard Filoche, qui tenait des propos indignes et révoltants lors du décès de M. de Margerie, n’en a pas été chassé. L’appoint des voix des dinosaures rouges coûte cher à la rue de Solférino à double titre : la surreprésentation des communistes au Parlement se fait sans doute en partie au détriment de socialistes, mais surtout disperse façon puzzle la crédibilité de cette posture social-démocrate.

Il faut le déplorer, la vigueur d’une démocratie devrait se traduire par des dilemmes qui transcendent les partis. L’hésitation entre des candidats tous respectables, qui inspirent également confiance, et dont on ne doute pas qu’ils serviront de leur mieux le bien commun, est un rêve. Au lieu de cela (triste époque), nous avons l’obligation hygiénique d’écarter ceux que nous percevons comme potentiellement les plus nocifs.

Pour avoir pu nager si longtemps à contre-courant dans un parti dont le sectarisme grandissant évoque des heures bien sombres de notre Histoire, les Poissons roses méritent du respect. Qu’il soit permis à l’agnostique politique que je suis de leur souhaiter bonne chance dans la recomposition nécessaire de la gauche qui suivra l’explosion du Parti socialiste.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
7741

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.

Vues : Array