Remettre la France en ordre : le vaste chantier de l’institution École

Enseignante

Conseillère régionale FN en PACA, Conseillère municipale à Tarascon, Vice-présidente du Collectif Racine

 

Le fondement du programme de Marine Le Pen est de remettre en ordre la France. À l’évidence, cette tâche immense commence par l’institution École.

Les professeurs, du primaire à l’université, ne peuvent enseigner sans exercer la discipline pour pouvoir transmettre leur discipline. Là est la condition sine qua non du relèvement du niveau scolaire. Si la candidate à la présidentielle n’a pu décliner que quelques éléments de son programme pour l’École lors de son discours à Lyon, dimanche 5 février, il n’en reste pas moins que ses ambitions sont développées très précisément dans le document « 100 propositions pour l’École », notamment pour le secondaire. Et, à travers lui, on peut d’ores et déjà cerner des divergences entre les différents candidats.

S’il ne fait pas de doute que les orientations de Marine Le Pen sont diamétralement opposées à celles de la gauche, il est à noter qu’un point essentiel de son programme, en la matière, marque une rupture avec celui de François Fillon. En effet, pour atteindre l’objectif de transmettre le savoir et relever le niveau scolaire, il faut abolir la logique des « compétences » que M. Fillon avait instituée en 2005, à l’époque où il était ministre de l’Éducation nationale.

Cette logique anéantit la notion de rigueur, d’effort, de mérite dans l’apprentissage. Par conséquent, Marine Le Pen a prévu de rompre avec « le socle commun de connaissances et de compétences » en lui substituant une liste de savoirs disciplinaires devant être acquis à la fin de chaque année scolaire et évalués par la notation chiffrée.

La liberté est sans doute le deuxième point fondamental du programme sur l’École de Marine Le Pen. En effet, elle redonnera la liberté pédagogique aux professeurs. C’est une marque de confiance envers les enseignants si souvent découragés par les lubies « pédago-libertaires » qui leur sont imposées par les théoriciens de l’éducation. Les classes préparatoires, littéraires comme scientifiques, seront le vivier privilégié des futurs professeurs, dont la formation sera recentrée sur les compétences disciplinaires. L’inspection des maîtres sera, par conséquent, recentrée aussi sur les résultats des élèves et non sur le « bien vivre ensemble » de la classe.

Par ailleurs, Marine Le Pen s’engage clairement à garantir aux familles la liberté de scolariser les enfants selon leurs choix. Ainsi, lorsque l’école publique aura recouvré ses lettres de noblesse, les parents ne choisiront plus par défaut l’établissement scolaire de leur enfant mais ils auront le choix entre deux options éducatives qui rempliront toutes deux au mieux leur mission.

La tâche est immense mais porteuse d’une belle ambition : que la France transmette et se transmette.

Pour défendre la liberté d'expression,
je soutiens Boulevard Voltaire en faisant un don.

Conseillère régionale FN en PACA, Conseillère municipale à Tarascon, Vice-présidente du Collectif Racine

À LIRE SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.