Najat Vallaud-Belkacem : savoir ou catéchisme ?

Professeur de philosophie
 

L’agrégation est un concours de recrutement de professeur, dont l’institution remonte à Louis XV, qui est un signe de la tradition française d’excellence de l’enseignement. Par ce concours, difficile, la nation s’assure que ceux qui ont la charge de transmettre le savoir aux jeunes générations sont les meilleurs dans leur domaine. Bien sûr, aujourd’hui, même en lycées, les agrégés sont minoritaires. L’agrégation n’en reste pas moins un objectif pour beaucoup de professeurs qui ne l’ont pas et qui s’y présentent au moins une fois dans leur carrière. Ce qui concourt au maintien voire à l’augmentation de la maîtrise de leur discipline pour le plus grand profit de leurs élèves.

La Société des agrégés, pour être moins ancienne que l’agrégation elle-même, a été créée pour défendre cet idéal d’excellence dans le savoir. Elle fêtait son centenaire en octobre 2014 et les actes du colloque tenu à cette occasion sont parus à l’occasion du 250e anniversaire de l’agrégation. On y apprend incidemment que le récent (à l’époque) ministre de l’Éducation n’avait pas daigné s’y montrer. Sans doute madame le ministre trouvait-elle déjà que le savoir, l’excellence n’avaient pas leur place dans sa vision de l’école.

L’association des professeurs de lettres (APL) fait partie de ces autres bizarreries françaises avec l’agrégation : c’est une des nombreuses associations disciplinaires qui regroupent des enseignants de la même matière. Il en existe aussi en philosophie, mathématiques, etc. Elles aussi se soucient avant tout de la qualité de l’enseignement dispensé dans leur domaine respectif. L’APL réunie en assemblée générale samedi 19 mars a adopté une motion condamnant « l’œuvre de démolition » du gouvernement en matière éducative et les mensonges qu’il profère à ce sujet.

La plupart des associations de professeurs spécialistes ont émis des réserves voire des condamnations sur tout ou partie de cette politique gouvernementale, notamment la réforme du collège rejetée par plus de 80 % des enseignants. Une telle unanimité venant des spécialistes de différentes matières, ajoutée aux remarques de l’Académie française et de nombreux intellectuels, prouve assez la réalité de l’abaissement dramatique des exigences scolaires. Vos enfants seront moins instruits, moins cultivés et moins capables de penser que les générations précédentes.

Dans le même temps, madame Vallaud-Belkacem lançait la Semaine d’éducation et d’actions contre le racisme et l’antisémitisme, après avoir engagé son ministère dans la lutte contre la radicalisation et les théories du complots. Tous fléaux que la culture et le savoir peuvent combattre efficacement. Ce qui, cela tombe bien, devrait être le cœur de l’enseignement dont elle a la charge. Hélas, elle le fait par la diffusion de vidéos, par la promotion d’actions « citoyennes », etc. Bref, à une propagande raciste, islamiste ou complotiste, elle oppose une autre propagande, qui se veut, elle, républicaine. Mais un catéchisme, quel qu’il soit, n’est jamais que l’expression d’une foi, pas un exercice de pensée.

Lutter contre l’obscurantisme – l’APL le rappelle dans sa motion – passe par un enseignement exigeant, de qualité. C’est ce que disaient déjà Kant, Voltaire ou Condorcet. Seuls le savoir et la culture permettront aux jeunes Français de décrypter les mensonges de ces nouveaux obscurantismes. Mais peut-être madame Vallaud-Belkacem craint-elle qu’ils ne permettent aussi de décrypter les mensonges de son parti comme des autres.

Faites découvrir cet article à vos amis...
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.