Bruno Le Roux : encore un socialiste bardé de faux diplômes !

Professeur de philosophie
 

On se demande parfois comment nos éminences socialistes, bardées de diplômes, peuvent énoncer tant de sottises et faire tant d’erreurs. Des gens sortis de l’élite de nos grandes écoles – ENA, HEC et autres – devraient pourtant avoir suffisamment d’intelligence pour déceler les mensonges d’un Cahuzac ou la propension chronique d’une Royal à énoncer des énormités. À moins que leurs diplômes ne soient que des diplômes Potemkine, à l’images des villages éponymes.

Le site Atlantico a révélé que, contrairement à ce qu’affirmait son CV officiel, Bruno Le Roux, nouveau ministre de l’Intérieur, n’a jamais été élève de HEC et de l’ESSEC, deux prestigieuses écoles de commerce. Élégamment, il en rejette la faute sur un ancien collaborateur. Pourtant, Marianne a publié un témoignage montrant qu’il s’en vantait lui-même au moins jusqu’en 2012.

L’affaire serait anecdotique si elle n’était pas récurrente. On se souvient de Taubira, laissant dire qu’elle possédait deux doctorats fantômes ; de Cambadélis, garant de l’équité de la primaire du Parti socialiste, se targuant également d’un doctorat de sociologie alors qu’il n’avait même pas de licence. Jusqu’à Macron ayant prétendu avoir été élève de l’ENS, avoir fait une thèse de philosophie avec Étienne Balibar et même avoir été le bras droit du grand philosophe Paul Ricœur. Autant de galéjades étonnantes de la part d’un Picard.

L’amélioration de son CV est un sport assez répandu, il est vrai.

On soupçonne, cependant, que ce n’est pas pour en mettre plein la vue à l’électeur et remporter les élections que ces socialistes le pratiquent. Quand on drague la voix du prolétaire, on évite de l’humilier en lui faisant sentir sa supériorité intellectuelle supposée. Au-delà de l’orgueil trop humain, la mythologie socialiste veut que plus on est diplômé, plus on est de gauche. Sartre n’a-t-il pas dit, à sa manière élégante, « Un anticommuniste est un chien » ? Par contre, la gauche – on le sait depuis Paul Lafargue, gendre de Marx et auteur d’un Droit à la paresse – n’aime pas le travail. Le plus simple, donc, est de faire pour les diplômes comme pour les livres : les fabriquer.

En 2013, Gilles Bernheim, alors grand rabbin de France, avait été convaincu d’avoir menti en prétendant être agrégé de philosophie. Il avait alors démissionné. Il savait encore ce que c’est que l’honneur. Mais nos socialistes, particulièrement quand ils sont ministres de l’Intérieur, semblent ne pas le savoir. Chez ces gens-là, on ne démissionne pas. Sans doute parce que l’honneur n’est pas une de ces valeurs de la République dont ils nous rebattent les oreilles.

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
1403815

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.

Vues : Array