Mise à mort du dollar

Docteur en science politique et essayiste
 

Les événements secouant l’Ukraine, depuis février 2014, soulignent une opposition frontale entre l’Union européenne et les États-Unis d’un côté, et la Russie de l’autre. Les volontés de Poutine d’instaurer une zone de libre-échange de Lisbonne au Pacifique – proposition du 28 janvier 2014 – ont soulevé l’ire des Anglo-Saxons. En effet, l’ambition russe aurait réduit à néant le projet du marché transatlantique cher à Londres et à Washington. Les événements à Kiev, partis de la place Maïdan, ont désormais créé un gouffre entre le monde russe et le bloc euro-atlantique. L’Ukraine étant le carrefour de rivalités entre ces deux mondes, ceux-ci se sont engagés dans une lutte où les sanctions pleuvent des deux côtés. Pour l’Occident, il est aisé d’annoncer des mesures coercitives – comme l’exclusion de la Russie du G8 devenu G7 – en oubliant, toutefois, que les mesures de rétorsion du monde russe en liaison avec Pékin risquent d’avoir des conséquences dévastatrices.

Les États-Unis, pilier du monde occidental, étouffent sous le poids de la dette. Le dollar, véritable monnaie d’échange mondiale, est de plus en plus remis en question par de nombreux pays, ce qui menace à terme la crédibilité de cette monnaie. Près de 6.000 milliards de dollars de bons du Trésor sont détenus de par le monde. La Chine et la Russie détiennent environ 23 % de ceux-ci, respectivement 1.272,1 milliards et 100,4 milliards (mars 2014). À cela, il faut ajouter que la monnaie américaine est le moyen d’échange pour les matières premières, en particulier le pétrole et le gaz. Le refus d’utiliser le dollar peut coûter très cher au pays récalcitrant. L’Irak de Saddam Hussein en sait quelque chose. Or, c’est la politique poursuivie par Poutine en liaison avec la Chine, consistant à se débarrasser du dollar dans leurs échanges, qui prend tournure depuis février/mars 2014. Les oligarques américains semblent préparés à cette révolution, voire en être les initiateurs. En effet, un véritable message pour initiés a été délivré dans le Washington Times, le 25 octobre 2012, sous la plume d’une pointure du système, Grady Means (économiste au service de Nelson Rockefeller). Rappelant que la solidité du dollar ne tient que par son utilisation dans le monde entier, et constatant un désengagement croissant de nombreux pays à l’égard de cette monnaie, cet oligarque annonçait un effondrement de l’économie américaine pour le 4 mars 2014. Bien que cet événement ne se soit pas réalisé à la date prédite, force est de constater que le processus d’effondrement du dollar et du système occidental a étrangement commencé, suite aux événements de la place Maïdan en février 2014.

En effet, sous l’égide du gouvernement russe, le vice-Premier ministre Igor Chouvalov a présidé, le 24 avril dernier, une réunion en liaison avec le chargé des finances, Alexei Moiseev, consistant à se débarrasser du dollar dans les exportations russes. La « dédollarisation » fut le maître mot de cette réunion. Depuis, cette politique s’est accélérée avec la signature d’un méga-contrat gazier évalué à 400 milliards de dollars, le 20 mai 2014, entre la Russie et la Chine. Cependant, les représentants des deux pays se sont engagés à utiliser leurs monnaies respectives dans cet échange commercial. Politique qui se renforce, au même moment, avec des accords signés entre la seconde banque russe, la VTB, et la Banque de Chine. Ces deux partenaires affichent leurs intentions d’intensifier leurs échanges en roubles et en yuans. À cela, il faut ajouter la création d’une agence de notation financière russo-chinoise. Pareil à une rafale face aux sanctions occidentales, il a été créé une « Union économique eurasiatique », le 29 mai 2014, réunissant la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan. Ce bloc, prélude à « l’Union eurasienne supranationale » selon les propres termes de Poutine , doit s’agencer dans le cadre d’une gouvernance mondiale où les oligarques de chaque bloc défendront âprement leur part du gâteau. Enfin, signalons que Gazprom a signé, le 6 juin, une série d’accords avec la possibilité de se passer du dollar au profit de l’euro. Au même moment, la Russie annonce sa volonté de se « dédollariser » encore plus en commerçant avec les pays asiatiques dans leurs monnaies respectives.

Face à une telle avalanche de mesures russes et chinoises, nous pouvons conclure que le compte à rebours conduisant à la mise à mort du « roi dollar » a été lancé.

Vous avez aimé cet article ?
Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.