Pourquoi j’aime bien Gérard Filoche, malgré tout…

Militant associatif et auteur

Fondateur de Riposte Laïque

 

Ils n’ont pas retenu Gérard Filoche ! Il n’y a que sa présence qui aurait pu me décider à regarder les trois débats des primaires socialistes. Mais Cambadélis et Valls avaient donné des consignes aux organisateurs : surtout pas lui !

L’ancien inspecteur du travail, aujourd’hui à la retraite, n’a toujours pas digéré la loi El Khomri, imposée par un gouvernement qu’il a fait élire. Filoche avait donc décidé de faire rendre gorge à Manuel Valls, et d’expliquer, devant des millions de téléspectateurs, l’ampleur de la trahison dont l’ancien Premier ministre s’était rendu coupable. Et comme le bougre est un tribun exceptionnel, il aurait été sans conteste la vedette des trois débats. Donc, la direction du PS a tranché, et « Gégé » regardera les primaires devant sa télévision. Faisons-lui confiance malgré tout pour se faire inviter, dès le lendemain, sur nombre de plateaux pour continuer à étriller Valls-Macron. Il va encore nous vendre la fable d’une mauvaise aile droite du PS, et une bonne aile gauche incarnée par Montebourg-Hamon. Et il va nous raconter que si Montebourg, Mélenchon et l’écolo de service se rencontrent et font un programme commun, la gauche peut encore gagner en 2017 !

Filoche, c’est aussi la mauvaise conscience des apparatchiks du PS.

Il leur rappelle leurs promesses quand ils sont dans l’opposition et leurs trahisons quand ils sont au pouvoir. Mais c’est aussi leur idiot utile, qui appelle toujours à voter socialiste, à chaque élection.

C’est, par ailleurs, un homme sympathique, chaleureux, sincère et attachant. C’est le meilleur orateur que j’aie jamais entendu sur la défense du salariat. 32 heures, retraite à 60 ans, SMIC à 1.800 euros : comment ne pas être séduit par un tel programme ? Mais nos chemins se sont séparés sur la question de l’islam et de l’immigration. À quoi servent les meilleurs acquis sociaux si votre quotidien se désintègre ? Si certains de nos quartiers ne regorgent plus que de barbus et de femmes voilées ? Si vous n’entendez plus parler français ? Si vos enfants sont rackettés à l’école ? Si votre cave est régulièrement cambriolée et vandalisée ? Si vous risquez une agression à tout moment ? C’est juste le quotidien de millions de Français, salariés pauvres ou retraités modestes, qui subissent l’ensauvagement de la France. Et que la gauche insulte quand ils votent mal…

Ces travailleurs pauvres, je ne les ai jamais rencontrés au PS ou à l’extrême gauche, je les vois aujourd’hui dans les réunions du Front national, pour qui ils votent majoritairement.

Gérard Filoche se dit leur défenseur. Les a-t-il vraiment aidés, quand il militait, en période de chômage de masse, pour la libre immigration, la régularisation des sans-papiers et l’accueil de migrants majoritairement jeunes hommes seuls et musulmans ? La même position que le patronat, qu’il prétend combattre, et à qui il offre sur un plateau une « armée de réserve du capital ». Est-il de leur côté quand il refuse, au nom de son internationalisme, les mesures protectionnistes qui empêcheraient les patrons de délocaliser ?

Sur ce terrain-là, il n’y aucune différence entre les candidats à la primaire, l’ensemble des dirigeants de gauche et Filoche. Ils sont tous des immigrationnistes forcenés, des européistes aveugles, des ennemis de la nation, et se moquent que l’islam fasse la loi dans notre pays. Ils n’aiment pas la France, réfutent tout sentiment identitaire et se sentent davantage citoyens du monde que gaulois.

Mais Gérard Filoche conserve une authenticité, une fibre sociale que les autres n’ont jamais eues, ou ont abandonnées depuis longtemps.

C’est pourquoi je me demande ce qu’il fabrique encore au PS…

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry
3113

Recevez gratuitement nos articles !


Fondateur de Riposte Laïque

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Commentaires

Vues : Array