L’ « islamophobe » Michel Onfray vit dangereusement…

Militant associatif et auteur

Fondateur de Riposte Laïque

 

Le philosophe athée vient de déclarer, sur Arte, que la France était chrétienne. Il ne veut donc pas qu’on change le nom de Noël pour le transformer en « fête de fin d’année ». Il n’a pas davantage envie qu’on empêche les cloches des églises de sonner avec l’alibi laïque. Aggravant son cas, le misérable a osé – cerise sur le gâteau – raconter que l’islam est une religion de conquête guerrière, qu’on y apprend comment décapiter les infidèles, les homosexuels, les juifs et tout ce qui n’était pas musulman. Encore plus grave, il a osé affirmer que, d’ici cinquante ans, la France et l’Europe seraient islamisées, s’appuyant sur la démographie pour émettre ce pronostic épouvantable.

Il vit dangereusement, l’ami Onfray.

De tels propos, cela s’appelle, selon certaines officines dites antiracistes, une incitation à la haine contre un groupe de personnes (les musulmans) en raison de leur appartenance à une religion (article 24-8 de la loi sur la liberté de presse, voté en décembre 2004). Des dizaines de personnes ont déjà été condamnées devant la 17e chambre correctionnelle de Paris pour avoir écrit bien moins que cela.

Pourtant, il y a quelques années, il était encore très bien, Michel Onfray. En 2002, il votait Besancenot ; en 2007, il soutenait Bové avant de se rallier à nouveau au facteur. Quand il s’est éloigné de Besancenot, il s’est rapproché de Mélenchon. Et puis un jour, il l’a entendu parler de Cuba et de la Chine avec admiration, et cela a gâché l’idylle.

Depuis, il file un très mauvais coton, le camarade Onfray ! Déjà, il avait osé déboulonner Freud, ce qui lui avait valu, entre autres, de se voir qualifié d’antisémite (ben voyons !) et de fasciste.

Puis il a osé comparer Camus et Sartre, encensant le premier, dans lequel il voit un vrai libertaire, et massacrant le deuxième, ainsi que sa compagne Simone de Beauvoir, montrant sans concession leur haine de la démocratie française et leur fascination pour les dictatures de gauche.

Aggravant son cas, sur les plateaux de télévision, il paraît sympathiser avec Éric Zemmour qui, faut-il le rappeler, véhicule à longueur d’année des idées « nauséabondes ». Les propos du journaliste sont tellement graves que le SNJ-CGT de France Télévisions a même demandé son licenciement.

Poursuivant sa fuite en avant, cet esprit libre, le jour du centenaire de Camus, a même accepté de répondre à une interview dans Boulevard Voltaire. Pourtant, il suffit de lire Le Nouvel Observateur, Libération, Les Inrockuptibles ou Mediapart pour savoir que ce site est l’allié objectif de l’extrême droite, et que c’est à cause de ses contributeurs si le populisme et le racisme progressent dans notre pays.

Dans une France que la dictature du politiquement correct rend irrespirable, notamment avec l’instrumentalisation grossière du racisme autour de Taubira, chaque passage médiatique du philosophe libertaire est une bouffée d’oxygène.

Quelle nouvelle étape franchira, à présent, cet amoureux de la liberté d’expression ? Pour traduire dans la rue les propos tenus sur Arte, défilera-t-il le 8 décembre prochain, dans les rues de Paris, pour défendre la loi de 1905, nos traditions et les fêtes chrétiennes, répondant à l’appel de Résistance républicaine et sa présidente, Christine Tasin, organisatrice de l’apéro saucisson-pinard et de la première marche contre le fascisme islamique ?

Certes, de la part de Michel Onfray, cela serait vivre dangereusement, et susciterait inévitablement son lynchage médiatique, orchestré par l’inévitable Askolovitch.

Mais cela serait digne du panache et du courage qu’il manifeste sur les plateaux de télévision.

RRtract-8-12 (1)

Pierre Cassen
Militant associatif et auteur
Fondateur de Riposte Laïque

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


Fondateur de Riposte Laïque

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.