Christiane Taubira a-t-elle traité François Hollande d’imbécile ?

Consultant en sécurité
 

À la Guadeloupe, Hollande a commémoré l’esclavage en inaugurant, le Mémorial ACTe qui « permettra à la Guadeloupe et au-delà, à la Caraïbe toute entière, avec un lien profond avec l’Afrique, de dire au monde que ce combat pour la dignité humaine n’est pas achevé ». Depuis la Martinique, étape précédente de sa vaste tournée dans la Caraïbe qui le mènera ensuite à Cuba et en Haïti, il a fustigé les « nouveaux négriers » de migrants en Méditerranée tout comme l’exploitation des enfants soldats, entre autres formes modernes d’esclavage.

On sent bien dans les propos présidentiels la volonté de ne pas réduire cette inauguration à la seule culpabilisation du peuple français. Notons au passage, l’absence de références aux traites arabe et orientale dans le discours présidentiel.

Christiane Taubira, qui accompagne le président dans tout son périple, a, quant à elle, critiqué la confusion entre « l’esclavage historique » et l’esclavage moderne faisant notamment valoir que le premier était « codifié, régulé » alors que le second n’est « pas un système autorisé ». Pour la Garde des sceaux, « on doit combattre l’esclavage aujourd’hui, mais la confusion est mauvaise conseillère et en plus elle est l’apanage des imbéciles ». Si l’on comprend bien, Christiane Taubira a donc traité François Hollande d’imbécile.

Aucune réaction officielle à cette heure. Les médias n’ont pas relayé avec force ces propos en relevant la polémique, ou alors en la minimisant.

Notre ministre de la Justice n’a cessé de faire valoir sa liberté de parole depuis trois ans. Dans un portrait publié en 2013 dans le New York Times, elle avait confié « ne pas supporter avoir un patron ». Christiane Taubira a-t-elle pris un tel poids au sein de gouvernement qu’elle puisse se permettre une telle attitude irrévérencieuse envers « le » président, ou celui-ci n’a-t-il vraiment plus d’autorité sur ses ministres ?

Elle a jusqu’à aujourd’hui bénéficié du soutien permanent de François Hollande, en particulier sur les sujets sociétaux comme la défense de la loi sur le mariage homosexuel. Lors de l’épisode conflictuel avec Delphine Bateau, alors ministre déléguée à la Justice avec qui elle avait quelques différends, elle avait obtenu son exfiltration au ministère de l’Écologie en juin 2012. La même Delphine Batho fut ensuite éjectée du gouvernement pour une critique un peu trop poussée sur le budget 2014. Et que dire des désaccords permanents avec Manuel Valls sur la question de la récidive dans la réforme pénale, l’Élysée ayant tranché en faveur de la garde des Sceaux.

Les propos de Christiane Taubira en Martinique sont par ailleurs bien plus forts que ceux de Arnaud Montebourg, éjecté lui-aussi du gouvernement pour avoir critiqué l’austérité. Mais quels services a-t-elle donc rendus à la République depuis ses positions en faveur de l’indépendance de la Guyane, pour bénéficier d’une telle mansuétude ?

Bref, on attend cette-fois-ci la réaction du président de la République au retour de son périple dans les Caraïbes. Logiquement elle devrait être sanctionnée à la hauteur de son insulte et poursuivie pour injure envers le président de la République, mais peut-être que notre président aura trop peur de se faire traiter alors de raciste.

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.