International - Chine

Phare éteint du marxisme criminel et gâteux, Mao a 120 ans

Journaliste, écrivain et essayiste.
 

Né le 26 décembre 1893 dans une cambrousse du Hunan (sud de la Chine), il est mort dans son lit à 83 ans. Et il n’est pas près d’être jugé. Pourtant, « Mao, avec Staline et Hitler, est l’un des plus grands meurtriers de masse du XXe siècle », lit-on (enfin, le 17 juin 2011) dans Libération, quotidien maoïste en France aujourd’hui possédé par Édouard de Rothschild.

Le dictateur préféré – jusqu’à nos jours – d’Alain Badiou (Normale Sup), acclamé par un troupeau d’un million de gardes rouges à Pékin, ne parlait que le patois « xiang ». La plupart des Chinois ne comprenaient pas ses discours. Mais il valait mieux les applaudir frénétiquement. « Vü êtes tusse des kongs. » « Ouais ! Vive Mao ! »

Le Phare éblouissant de la Pensée n’est devenu marxiste qu’en 1920. Il avait 27 ans. Comme tout le PC chinois, il collabore avec le Kuomintang nationaliste jusqu’en 1926. Alors commence la Longue Fuite, pardon, Marche. Les atrocités et les assassinats en masse, révèle L’Histoire (octobre 2007), avaient déjà cours dès les années 1920 et 1930 dans toutes les bases rurales des communistes. Mao n’est pas à la traîne dans le Jiangxi : 700 000 morts, soit 20 % de la population, de 1931 à 1934.

« La Longue Marche » proprement dite : 100 000 paysans rouges traqués par un million de nationalistes, 7 000 survivants. Et j’ai encore chez moi les “Écrits militaires” du boucher ! J’envisage de les mettre au cabinet.

1941-45 : tandis que le Kuomintang fait face à l’invasion japonaise, le PCC engage son « mouvement de rectification », inspiré des purges staliniennes. 80 000 communistes rectifiés. La guerre civile reprend au départ des Japonais, et cette fois les Rouges ont le dessus. 1949 : Tchang Kaï-chek à Formose (Taïwan), Mao au balcon. La République populaire de Chine est née, le massacre redouble.

1957 : « Que cent fleurs s’épanouissent ». Et hop, les intellos naïfs qui l’ouvrent sont écrasés.

Le « Grand Bond en avant » (1958-1962), ce fut dans la tombe pour 30 (ou 43 ?) millions de Chinois. On y vit (par exemple) un « haut-fourneau » par village ! Chauffé avec les meubles de la population ! Et la Chine pop. exportait des céréales sous le nez de millions de mourants et d’anthropophages ! Pensez-vous que Mao s’en faisait ? Il vous répond lui-même, dans son style caractéristique : « Quand il n’y a pas assez de nourriture, des gens meurent de faim [exact]. Il vaut mieux laisser mourir la moitié de la population, afin que l’autre moitié puisse manger suffisamment. »

Après cet épisode, le Grand partouzeur (amateur de très jeunes filles) était un peu déconsidéré chez les cadres du PCC. Sa réaction ? « Feu sur le quartier général ! » C’est la « Grande Révolution culturelle » (1966-1969). « Révo. cul. dans la Chine pop. », l’appellent les mauvais élèves de Badiou. Encore des millions de morts, avec la destruction massive du patrimoine culturel.

Le criminel Mao reste pourtant une icône dans la Chine d’aujourd’hui, où le Parti communiste gère un capitalisme débridé, variante de sa doctrine imprévue par la compagnie Marx & Engels. Le laogai est beaucoup plus peuplé que le goulag, et ce n’est qu’en 2014 que l’on envisage son abolition. À l’autre bout de l’échelle sociale prétendue collectiviste, une petite-fille du dictateur, Kong Dongmei, est classée 242e fortune du pays.

Alors, « Mao, avec Staline et Hitler, […] l’un des plus grands meurtriers de masse du XXe siècle » ? Seulement ? On lui attribue pourtant 65 à 70 % des 100 millions de morts du communisme. Badiou a raison : Mao est le plus grand ! Et BHL fut un temps son prophète.

POUR ALLER PLUS LOIN