Editoriaux - Polémiques - Religion - 31 juillet 2018

Petit guide de la non-discrimination à l’usage de la Conférence des évêques de France

Afin de proposer à l’avenir des sermons plus tolérants et respectueux des auditeurs de France Culture, la Conférence des évêques de France est invitée à tenir compte des recommandations suivantes.

« Premier commandement : Tu adoreras Dieu seul et tu l’aimeras plus que tout. » Cette injonction est contraire à l’esprit de la loi de 1905. Le service public ne peut se faire le porte-voix d’un prosélytisme conquérant.

« Deuxième commandement : Tu ne prononceras le nom de Dieu qu’avec respect. » Rappelons à nosseigneurs que la France est un pays libre et que le service public est Charlie.

« Troisième commandement : Tu sanctifieras le jour du Seigneur. » Il est extrêmement malvenu de critiquer, sur Radio France, une disposition légale. La voix de la nation s’est exprimée par ses représentants : les Français ont le droit de faire les soldes un dimanche sur quatre.

« Quatrième commandement : Tu honoreras ton père et ta mère. » C’est une discrimination à l’encontre des familles monoparentales et homosexuelles. Le service public ne peut en aucun cas assumer de tels propos.

« Cinquième commandement : Tu ne tueras pas. » Ce commandement a été trop souvent détourné de son aspect purement moral pour en faire une arme politique contre la loi Veil. L’avortement est un droit que le service public entend faire respecter.

« Sixième commandement : Tu ne commettras pas d’impureté. » L’Église est en retard sur son temps d’un demi-siècle : le service public refuse d’endosser une conception intégriste, moralisatrice et arriérée de la société.

« Septième commandement : Tu ne voleras pas. » Derrière ce précepte faussement anodin se cache un discours raciste envers les Français les plus défavorisés. Le service public ne saurait se faire l’écho d’un populisme nauséabond.

« Huitième commandement : Tu ne mentiras pas. » Le service public aimerait rappeler à l’Église catholique que nul ne peut se dire détenteur de la vérité et qu’il faut savoir faire preuve de tolérance envers les réalités alternatives de l’autre.

« Neuvième commandement : Tu ne désireras pas la femme de ton prochain. » Cette expression objectifiant la femme traduit un sexisme systémique au sein d’une institution patriarcale. Le service public s’engage pour la cause féministe.

« Dixième commandement : Tu ne désireras pas injustement le bien d’autrui. » Si le principe de liberté permet à certains de gagner plus que d’autres, l’égalité garantit à tous les Français le droit inaliénable d’en bénéficier dans un sain esprit de partage fraternel. Le service public ne permettra aucune atteinte voilée à la devise de la République.

Un examen minutieux de la morale chrétienne exprimée par les dix commandements a permis de montrer qu’ils ne prêtaient pas à une prise de parole sereine et pacifiée sur les ondes de Radio France. En conséquence, on ne saurait trop vivement recommander à l’Église de renoncer aux prédications hasardeuses et de s’en tenir au principe fondamental du christianisme : Tu ne jugeras pas.

Commentaires fermés sur Petit guide de la non-discrimination à l’usage de la Conférence des évêques de France

À lire aussi

L’égalité des sexes ou le goulag !

La rentrée, donc, a été l’occasion pour le ministre de condamner sur Twitter l’absence des…