Economie - Editoriaux - Société - 19 octobre 2018

Pauvres de nous ! Les retraites battent en retraite !

Selon une enquête intitulée Parlons retraites menée entre le 12 juin et le 29 août 2018 auprès d’un échantillonnage de 120.000 personnes par le syndicat CFDT, il ressortirait que nos concitoyens, s’ils aspirent à partir à la retraite à la fin de leur vie professionnelle, redouteraient, malgré tout, l’appauvrissement qui résulterait de la diminution de leurs revenus. Près des deux tiers des moins de 35 ans, notamment, craignent carrément que le système par répartition soit tellement essoufflé qu’il ne puisse plus leur garantir un droit à pension minimum.

D’une manière générale, 65 % des personnes interrogées sont hantées par le double spectre de l’indigence et de la solitude, une fois passés du côté des vieux ou, selon le novlangue en vigueur, des « seniors ». 26 % d’entre eux pensent, ainsi, qu’ils seront tout simplement dans l’incapacité matérielle et financière de continuer à résider dans leur logement actuel, quand 23 % s’angoissent à l’idée de ne plus pouvoir faire face aux dépenses courantes.

Les enseignements tirés de ces projections sondagières sont multiples.

D’abord, elles sont un marqueur significatif du changement d’ère en rupture franche et totale avec les Trente Glorieuses du temps de nos parents (précisons que l’auteur de ces lignes est quadragénaire). En dépit d’un sérieux assombrissement du tableau au tournant des années 1970, convenons que les effets bénéfiques de la période précédente continuaient peu ou prou à se faire sentir. La comète était passée mais sa traînée lumineuse se donnait encore à voir dans un ciel où, il est vrai, les nuages de la crise économique et du chômage bientôt endémique s’amoncelaient funestement.

La libéralisation des mœurs comme l’extrême desserrement de toutes les contraintes morales et juridiques ont engendré, par surcroît, de profonds bouleversements à la fois psychologiques, psychiques et physiologiques. Ayant mis au rencart l’ancien « gouverner, c’est prévoir », le pouvoir politique s’inscrivant dans une politique « court-termiste » ne cherchait plus à soupeser l’impact de ses décisions, tant sur les gouvernés que sur les futures générations.

Aussi a-t-on, pêle-mêle, ouvert les frontières, désanctuarisé les écoles, fermé les églises (mais ouvert les supermarchés le dimanche en même temps qu’on « libérait » les prix), relativisé l’autorité, bref, érigé notre société en vaste no man’s land déterritorialisé, perméable à tout et résistant à pas grand-chose (que le chikungunya ou les frelons asiatiques aient fait souche chez nous est un symptôme qui en dit bien plus long que toutes analyses sociologiques sur notre degré d’étanchéité aux courant d’air du monde entier).

L’hédonisme émollient qui en est résulté a engoncé nos contemporains dans un confort indu (qui, excepté pour une minorité de privilégiés, demeurait fort ignoré de la majorité nos ancêtres habitués à lutter pour vivre), devenu tellement proverbial qu’il en est devenu la norme sociale incontestable et, pis, de tout temps !

Conséquence de cet individualisme entièrement fondé sur l’axiomatique du plaisir et de la facilité, la distension, voire la complète destruction, des liens de solidarité intergénérationnels (dans un même lignage) et intracommunautaires (dans un même « village »).

L’on conçoit donc que, pour bon nombre de personnes encore en activité, la retraite arbore aujourd’hui le visage du pire cauchemar d’une vie qui s’achèvera à la manière de La Ballade de Narayama ou de Soleil vert. La déspiritualisation des hommes de notre époque (corrélative de leur « chosification ») les conduit au bord du précipice d’une insondable angoisse existentielle. S’être battu toute sa chienne de vie pour la retraite… Pour rien ? Telle est la désolante ambition des caniches !

Commentaires fermés sur Pauvres de nous ! Les retraites battent en retraite !

À lire aussi

Grande Guerre : quand Le Parisien bobarde !

Un obscur gratte-papier claironne urbi et orbi que, durant la « Grande Guerre [il y avait]…