De la guerre sainte en Europe à la guerre civile en France

Préfet de région honoraire
 

Il est temps de parler vrai et d’arrêter l’enfumage des lamentations et des débats hypocrites, cherchant des explications à la pire des barbaries.

Contre les chacals, mieux valent les lions que les moutons. Voilà que, maintenant, le zoo politique s’est enrichi de l’autruche qui ne veut voir que des terroristes derrière les fous d’Allah. Ne cessons pas de répéter que la guerre ouverte est déclarée par l’islam radical contre l’Occident.

Tout profite à l’ennemi déclaré : l’État islamique poursuit le combat militaire de Syrie par d’autres moyens, notamment le camouflage des djihadistes dans les flux massifs de migrants. Les aimables invitations à l’accueil, les procédures d’asile politique, l’intrusion des motivations économiques, les marques de sympathie multipliées par nos dirigeants à l’égard d’un islam dit pacifique sont autant d’encouragements destinés à détruire l’Europe par implosion et à imposer progressivement la charia sous une autre forme.

Il faut avoir le courage de dire la vérité et de choisir son camp. Par ailleurs, pourquoi s’acharner à condamner le populisme qui n’est que l’expression des populations elles-mêmes, fidèles à leur foi et à leur culture ? Dans une nation, le peuple, c’est ce qui refuse de s’agenouiller devant tous les donneurs de leçons et de consignes.

À l’opposé, l’attitude de l’Europe apatride consiste à régler le problème migratoire en s’en débarrassant par sous-traitance avec la Turquie musulmane, sans s’occuper de la source du mal. Pendant ce temps, la France ferait bien de favoriser la coalition entre les États-Unis et la Russie, seul pays ayant contribué à l’apaisement transitoire en Syrie, car l’objectif de la coalition civilisée doit rester l’écrasement de l’État islamique.

Nous devons exiger que nos politiciens, obnubilés par les primaires infantiles, prennent position sur les bases de cette stratégie internationale. Ne faudrait-il pas être également sévère et intransigeant pour les racismes de tous bords dont l’islamophobie n’est qu’une partie ? Obligeons les gouvernants à poser les lunettes déformantes d’une tyrannique pensée unique qui les conduit à trahir la laïcité en s’intéressant au ramadan pour mieux ignorer le carême.

Le bon sens du peuple doit prendre le relais des dogmes partisans. Il n’est plus possible de rester observateur silencieux. Le gouvernement, qui a la leçon facile pour les autres, a le devoir d’inviter les musulmans de France à prendre leurs responsabilités. La passivité et les discours convenus ne sont plus supportables. Le meilleur moyen d’éviter la guerre civile, qui menace, c’est que les populations musulmanes accueillies en France manifestent massivement leur condamnation absolue à l’encontre de tous ceux qui pratiquent ou encouragent, dans le monde, un islam radical.

Une « République exemplaire », disaient-ils avec cynisme ! N’y comptons plus mais, au moins, luttons pour une République impartiale, une et indivisible, et une laïcité respectueuse des comportements intimes de tous les croyants, mais s’opposant sans défaillance aux provocations publiques et politiques d’un certain islam étranger à la civilisation française.

Paul Bernard
Préfet de région honoraire

Envie que vos amis découvrent cet article ?
Partagez-le !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.