Pape François : un Lesbos controversé

Le pape est donc allé à Lesbos. Il a manifesté son soutien aux migrants, déclaré une nouvelle fois que l’immigration permettait l’enrichissement des cultures et ramené dans son avion douze musulmans, dont trois femmes voilées.

De nombreux observateurs ont relevé, dans cette affaire, ce qui peut être analysé comme trois erreurs importantes :

Voilà près d’un an, le pape se rendait à Lampedusa et avait manifesté un soutien sans faille aux immigrants, dont pourtant la majorité ne fuyait pas les zones de guerre mais souhaitait pénétrer dans l’eldorado européen. Le signal était fort et pouvait être contesté.

Un an plus tard, le pape récidive, mettant mécaniquement en porte-à-faux les pays limitrophes de la Grèce, qui essayent du mieux qu’ils le peuvent de se protéger de flux migratoires aussi gigantesques qu’incontrôlés. La charité pour les migrants, bien sûr. La charité pour les pays d’accueil, sûrement. Le renouvellement de son discours sur les ponts, préférables aux murs, ne peut que déstabiliser les pays qui essayent de gérer un mouvement qualifié par le pape lui-même d’invasion.

François a, une nouvelle fois, souligné l’enrichissement culturel que pouvaient apporter les immigrants. Beaucoup sont prêts à entendre ce discours, à condition que soit défini de façon précise en quoi peut consister cet enrichissement culturel. À ce jour, ce présupposé n’est perçu en aucune façon par les peuples européens, qui accueillent majoritairement contre leur gré les populations africaines et moyen-orientales concernées. L’exemple de la jungle de Calais montre jusqu’à la caricature jusqu’où peut aller « l’enrichissement culturel ».

Le pape, en ramenant dans son avion douze musulmans dont trois femmes voilées, a donné au monde entier un signal d’une force extrême. Le poids des photos… Alors qu’une guerre impitoyable dresse le monde musulman dans son ensemble contre les chrétiens, au prix de massacres considérables depuis des années, ce monde musulman est symboliquement honoré : douze d’entre eux vont s’installer au Vatican, centre mondial de la chrétienté depuis 2.000 ans, porteurs, pour les femmes, du voile dont toute personne honnêtement informée sait qu’il est aujourd’hui une redoutable arme de combat contre le monde occidental en général, et contre le monde chrétien en particulier. Parmi les douze, pas un chrétien.

Plus que jamais, notre devoir est de résister à l’immigration suicidaire que subit l’Europe, accompagnée de l’islamisation aussi rampante que générale des nations occidentales. Les élites politiques, économiques, sociales, morales, religieuses, culturelles font bloc et sont actuellement à la manœuvre pour favoriser ces deux mouvements intimement liés.

Dieu merci, l’Europe commence à se réveiller, et plus des trois quarts des Français expriment désormais leur affolement sur ces deux sujets. La guerre n’est donc pas perdue, tout est encore possible !

À lire aussi

François Billot de Lochner : « La déferlante pornographique constitue l’un des dangers principaux du XXIe siècle »

Soyons lucides : combattre un tel fléau relève presque de la mission impossible, tant la s…