Editoriaux - Société - 24 septembre 2018

Papa poule et maman bosse : au nom de l’égalité, un congé paternité égal au congé maternité ?

Papa et maman, papa qui fait maman, ou bien maman 1 et maman 2, ou papa 1 et papa 2… Deux sexes, quatre possibilités. Après, il faut aussi prendre en compte les options annexes, les bi, les trans, ceux qui changent en route. Il y a, comme ça, des enfants qui voient maman enfiler les pantalons de papa et papa porter les robes à maman. Ou pas. Quelquefois, papa reste papa et maman se met à porter la barbe. Bref, la « parentalité » est devenue un casse-tête qui commence à nous laisser entrevoir ce que peut être l’infini…

Et sur tout cela, messieurs-mesdames, plane l’injonction désormais incontournable de l’égalité. Raison pour laquelle le PA.F – pas celui qui se penche sur nos écrans, mais le collectif pour une PArentalité Féministe – vient de lancer conjointement, avec Congé Parentégalité, une pétition appelant à « réformer le congé paternité pour davantage d’égalité ».

160 signataires, parmi lesquels le moustachu de la CGT Philippe Martinez et l’ex-patronne du MEDEF Laurence Parisot, demandent donc au gouvernement l’allongement du congé paternité pour cause d’égalité des sexes. Le congé des papas est, actuellement, de onze jours facultatifs, contre seize semaines accordées aux femmes, dont huit obligatoires. Soit une insupportable injustice qui « participe au maintien d’un système inégalitaire et patriarcal au travail, en biaisant les critères d’embauche et d’avancement », disent les pétitionnaires.

« Seule une loi peut créer les conditions d’une parentalité à égalité en rendant ce congé obligatoire et de même durée pour les deux parents, qu’ils soient travailleur.euses indépendant.es ou salarié.es », peut-on encore y lire. Et d’affirmer : « Le congé paternité ne peut rester une option, au risque que le père ou second parent n’ose affirmer son choix de peur d’être discriminé à l’embauche ou dans sa carrière. »

Pour résumer, ces belles personnes réclament donc « un congé deuxième parent » strictement aligné sur le congé maternité, et obligatoire. Pas optionnel. Cela pour que papa, maman et toutes les options plus haut citées aient une chance égale dans la carrière professionnelle. Car la maternité est un danger pour la planète et pour le boulot.

On me pardonnera, une fois de plus, mon esprit rétrograde, mais j’aimerais souligner ici un point qui n’est pas, me semble-t-il, un détail : dans le congé maternité, il n’y a pas que le volet congé, il y a avant tout et surtout le volet santé !

C’est sans doute, là aussi, une injustice qu’il conviendrait de réparer, mais jusqu’à présent, c’est maman qui fabrique ; les neuf mois de gestation, c’est pour elle. La grossesse n’est pas une maladie, mais ça n’est pas, non plus, toujours une promenade de santé. C’est maman qui part bosser avec la nausée au ventre, qui vacille dans les transports, qui a les traits tirés et le ventre qui pèse.

Le congé, c’est parce qu’il est harassant de devoir se taper une heure de métro ou de bus matin et soir quand on arrive à huit mois de grossesse. Et bien difficile de reprendre le rythme quand on relève d’une césarienne – un exemple parmi d’autres – ou qu’il faut se refaire une santé en cumulant nuits blanches et boulot. Raison pour laquelle le gouvernement veut étendre ledit congé aux travailleuses indépendantes. C’est une question de SANTÉ publique !

Second volet, et l’on s’étonne que madame Parisot n’y soit pas sensible : le coût pour les entreprises.

On remarquera, d’ailleurs, que nos pétitionnaires font totalement l’impasse sur ce point : le congé paternité obligatoire et d’égale durée qu’ils réclament de leurs vœux, c’est « en plus » ou « à la place » du congé de maman ?

Pas contents, les deux collectifs à l’origine de cette pétition dénoncent, dans un communiqué, le « report sine die de la réforme du congé paternité par Édouard Philippe, pourtant chef d’un gouvernement qui a désigné l’égalité entre les femmes et les hommes comme la “grande cause du quinquennat” ».

Il ne reste, alors, qu’une solution : faire porter les enfants aux hommes ! Car la biologie, hélas, est sur ce plan très inégalitaire…

Commentaires fermés sur Papa poule et maman bosse : au nom de l’égalité, un congé paternité égal au congé maternité ?

À lire aussi

Indécence sur le front des inondations : nos politiques sont des charognards

Z’aviezka, yfokon… Laissez-moi donc la place et je ferai mieux… …