Culture - Editoriaux - Justice - Politique - Santé - Société - Table - 23 novembre 2016

Oui à la prévention. Non à l’exhibition communautariste

Une nouvelle polémique absurde agite le landernau politico-médiatique. Orchestrée par les lobbyistes de LGBT, avec la bienveillance de Marisol Touraine et du gouvernement, une campagne de prévention contre le SIDA fait débat. En cause, les photos qui servent à illustrer le message. 
 
Vous pouvez désormais admirer près de chez vous des photos de couples homosexuels en train de s’enlacer, le tout accompagné de messages tels que « Coup de foudre, coup d’essai, coup d’un soir » ou « Avec un amant, avec un ami, avec un inconnu ». Il y a beaucoup à dire sur cette campagne tout à fait caractéristique du style de la gauche sociétaliste, pensée par le think tank Terra Nova. La volonté de créer une énième diversion est évidente. 
 
Depuis quatre ans, monsieur Hollande et ses ministres ne cessent d’allumer des feux en jouant sur les minorités, constamment opprimées par la norme majoritaire selon les zélotes du marxisme culturel. Bien évidemment, et contrairement à ce qu’avancent les cadors du gouvernement, personne ne pense qu’il ne faudrait pas faire de prévention contre le VIH qui contamine encore de nombreux Français.
 
Pour ce qui me concerne, ce n’est pas le contenu qui m’a paru véritablement choquant mais bien les lieux dans lesquels les affiches ont été exposées, aux abords des écoles ou en plein milieu de la voie publique. Ces affiches avaient leur place dans les établissements nocturnes, lieux de rencontre privilégiés des couples homosexuels et des autres. 
 
D’ailleurs, notons que les affiches oublient de faire de la prévention pour les hétérosexuels, alors que ces derniers peuvent aussi attraper le VIH. De la même façon, était-il bien nécessaire de centrer la campagne de prévention sur le seul VIH quand bien d’autres maladies sexuellement transmissibles font des ravages ? 
 
Une politique de santé publique efficace se doit de toucher le public le plus large. Il est évident que le ministère de la Santé n’avait pas que l’intérêt général en tête, cherchant une nouvelle fois à flatter les communautaristes de tous bords.
 
Désolé, mais je n’ai pas envie que nos enfants soient obligés de regarder de telles affiches, a fortiori quand elles sont financées par le contribuable. Il n’y a rien d’homophobe dans le fait de privilégier des moyens de communication plus décents et moins susceptibles de heurter les sensibilités de certains citoyens français. Au contraire. 
 
Pourtant, contente d’être mise sur le devant de la scène, Marisol Touraine a immédiatement réagi sur Twitter, fustigeant les détracteurs d’une campagne inadaptée en des termes particulièrement outranciers : « Pour la santé publique et contre l’homophobie, je saisis la justice après la censure, par certains maires, de la campagne de prévention du VIH. » Résistons à leur tentative de subversion. Nous n’avons rien à nous reprocher. Oui à la prévention. Non à l’exhibition communautariste.

Cher lecteur,
Chaque jour, nous travaillons d'arrache-pied pour donner de l'information alternative gratuite et de qualité à plus d'un million et demi de personnes.
Ce travail n'existe que grâce à la générosité de citoyens qui ont à cœur de lutter contre
les mensonges du politiquement correct et de rétablir la liberté d'expression en France.
Si vous acceptez d'aider Boulevard Voltaire dans cette mission salutaire pour notre pays, s'il vous plaît cliquez sur le bouton ci-dessous :


D'avance, un grand merci !
L'équipe de Boulevard Voltaire

À lire aussi

Élections allemandes : quels changements pour le « couple » franco-allemand ?

Au défi allemand, Emmanuel Macron répond par l’offensive, prenant le risque de se découvri…