Editoriaux - Entretiens - International - 14 novembre 2018

Nikola Tanasić : « L’erreur de Macron a été perçue chez nous comme une insulte pour les 1,2 million de morts serbes »

Pour la Serbie, que représente le centenaire du 11 novembre 1918 ?

Quand on parle de la Serbie et de la Grande Guerre, il faut comprendre que cela relève d’un paradigme national différent de celui de l’Occident, peut-être plus proche de la mémoire de la Seconde Guerre mondiale en Russie. Pour la culture occidentale, la Première Guerre mondiale était un hache-viande inutile des peuples européens, décédés par millions dans une querelle impérialiste sur la redistribution des droits de propriété dans les colonies qui n’étaient pas les leurs. Pour le peuple serbe, c’était une question de vie ou de mort. Les atrocités commises par les forces austro-hongroises en Serbie contre des civils sont comparables aux crimes de guerre nazis. Des villages et régions entiers ont été exterminés. Pour la Serbie, la Grande Guerre était une lutte pour la survie et pour libérer nos compatriotes et les autres peuples slaves du sud du joug austro-hongrois (imaginez, si vous voulez, qu’en Bosnie occupée, la monarchie double n’a pas libéré les serfs jusqu’en 1910 – en Serbie, cela se faisait en 1804, dès que le pays fut libéré des Ottomans, à peine quinze ans après la Révolution française). Les pertes de population au cours de la guerre étaient ahurissantes, mais l’héroïsme, la persistance et la force de nos soldats étaient impeccables, presque inhumains. La plupart des Serbes considèrent la génération qui a combattu pendant la guerre comme la meilleure que nous ayons jamais eue et considèrent la victoire et l’unification du peuple serbe comme la plus belle heure de son histoire. Tout le monde a perdu quelqu’un à la guerre et nous sommes tous des descendants de ceux qui ont survécu. Beaucoup d’entre nous se considèrent indignes de nos ancêtres qui ont combattu dans la guerre et c’est pourquoi nous chérissons leur mémoire et leur dignité plus que la nôtre.

Le monde a vu avec consternation l’erreur protocolaire vis-à-vis du président Vučić, président de la République de Serbie, commence cela a été vécu par la population serbe ?

Les Serbes sont une nation extrêmement fière, surtout en ce qui concerne l’histoire et les symboles nationaux tels que le souvenir de la Grande Guerre. Si cela avait été le cas, la fierté personnelle du président aurait été la seule chose insultée, et de nombreuses personnes se seraient réjouies de l’occasion de le ridiculiser. Cependant, en un jour historique aussi important, sa « déchéance protocolaire » a été considérée comme une énorme insulte nationale et une humiliation non seulement du pays actuel – aussi pauvre et insignifiant soit-il – mais des 1,2 million victimes de la Grande Guerre (28 % de la population totale, et la moitié de la population masculine du pays), tués lors de la lutte acharnée contre les ennemis de la France lors de la guerre. Les relations avec la France sont tendues depuis les guerres de Yougoslavie et le bombardement de la Yougoslavie par l’OTAN en 1999, et plus encore depuis que la France a reconnu l’indépendance autoproclamée du Kosovo. Les gens se souviennent donc de l’alliance de deux guerres mondiales avec ironie et cynisme. Mais au cours des derniers mois, le centenaire de la percée sur le front de Salonique et les libérations consécutives des villes serbes libérées par des armées conjointes serbe et française ont redonné vie au vieil esprit de camaraderie et d’amitié entre les deux nations. Malheureusement, tout cela a été effacé par l’incident de Paris.

Une anomalie qui a conduit aux excuses officielles de l’ambassadeur de France à Belgrade. Peut-on dire que l’incident est clos ?

En ce qui concerne les autorités serbes, il est fermé. Le président Vučić a déjà annoncé son intention d’accueillir « magnifiquement » le Président Macron lorsqu’il viendra en Serbie dans moins d’un mois. Cependant, le grand public n’oubliera pas facilement cette légèreté, lui qui garde un souvenir héroïque des victimes de la Grande Guerre. Cela pèsera sur l’image de la France en Serbie pour les années à venir.

Commentaires fermés sur Nikola Tanasić : « L’erreur de Macron a été perçue chez nous comme une insulte pour les 1,2 million de morts serbes »