Quand Christiane Taubira légalise l’ignoble…

Journaliste, écrivain
 

Ce mardi dernier, Christiane Taubira, garde des Sceaux, a fait passer une circulaire tendant à favoriser la naturalisation d’enfants issus de mères porteuses et conçus à l’étranger. Pourtant fignolée en loucedé, l’affaire commence à faire du bruit.

Christiane Taubira est-elle politiquement fiable ?

Insolite pour une dame ayant voté l’investiture du gouvernement Balladur en 1993. Pour ensuite rallier la liste Énergie radicale menée par Bernard Tapie, parangon d’humanisme comme chacun sait, l’année suivante aux élections européennes. On ajoutera que c’est encore grâce à cette « antiraciste » invétérée qu’un certain Jean-Marie Le Pen a pu accéder au second tour de l’élection suprême, un certain 21 avril 2002, tout ça parce que Christiane Taubira aura grignoté à Lionel Jospin les quelques voix qui lui manquaient… En 2008, cela ne la dérangea pas non plus d’être chargée par Nicolas Sarkozy d’une mission relative aux « accords de partenariats économiques entre les pays de l’Union européenne et ceux de l’ACP », comprendre « Afrique, Caraïbes et Pacifique ». Il n’est pas interdit de s’interroger…

Christiane Taubira est-elle raciste ?

Ayant donné son nom à la loi n°2001-434, votée le 10 mai 2001 – notez la référence mitterrandienne – et tenant la traite négrière pour « crime contre l’humanité », la donzelle néglige les responsabilités arabes et noires dans l’ignoble trafic. Mise en cause par des historiens de tous bords, elle assure qu’il fallait éviter « d’évoquer la traite négrière arabo-musulmane afin que jeunes Arabes ne portent pas sur leur dos tout le poids de l’héritage des méfaits des Arabes. » Malgré l’emberlificotage du bidule, on peut conclure, sans grand risque de se tromper, qu’il est tout à fait possible d’être une racialiste noire, de donner dans la xénophobie antiblanche tout en pratiquant un racisme patelin vis-à-vis des Arabes. Là, plus que de s’interroger, on peut aussi se perdre en conjectures…

Christiane Taubira est-elle humaniste ?

Hormis son discours grotesque à l’Assemblée nationale de ce même mardi, conclu par des vers de mirliton et dignes d’une classe de cinquième, il ne faut pas perdre de vue ce que nous dit sa circulaire en question. Laquelle permet d’officialiser le fait voulant que, par la seule grâce du portefeuille, seul devienne Français celui dont les parents auront les moyens de s’offrir cette naturalisation. Alors que ces infortunés nourrissons, monnayés sur Internet, auront été conçus d’ignoble façon. Soit des malheureux dont le ventre de la mère, pauvre et issue de ce tiers-monde social et ethnique que le ministre en question fait pourtant mine de défendre, auront été loués en CDD par un couple de milliardaires, avec monsieur impuissant et madame ménopausée. Un peu comme d’autres, jouant les marchands de sommeil, louent à prix d’or des taudis à des miséreux. Pierre Bergé assurait que l’intérieur des femmes était marchandise semblable aux bras des hommes. D’accord, puisque tout n’est désormais plus que mercantilisme. Mais dans son infernale logique, Christiane Taubira présente des arguments qui n’en sont pas. À l’en croire, il faudrait donner un statut à ces enfants sans père ni mère. Loin de lutter contre l’injustice, elle donne seulement un cadre légal à cette dernière, tout en accompagnant décadence et ignominie.

Cet article vous a plu ?
Cliquez sur J'aime !

Recevez gratuitement nos articles !


AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

Les commentaires sur cette page sont fermés.