Manuel Valls enfariné : il voulait du blanc ? Il en a !

Journaliste, écrivain
 

Voyez comme l’Histoire peut se révéler ironique. Et cruelle, aussi. En visite au marché de Noël de Strasbourg ce jeudi dernier, Manuel Valls se fait enfariner par un sympathique gauchiste aux vingt ans à peine sonnés. Motif de cet attentat pâtissier ? Sa proposition de l’abolition de l’article 49-3 dont il a usé plus que de raison. « On tombe toujours du côté où l’on penche », assurait jadis Antoine de Rivarol, essayiste royaliste et plus que brillant.

Rembobinons le film. Retour sur une vidéo remontant à 2009. Manuel Valls vient serrer les louches sur un marché d’Évry, ville dont il est le maire. Verbatim certifié par l’INA : « Belle image de la ville d’Évry ! […] Tu me mets quelques Blancs, quelques White, quelques Blancos ! »

Les vœux de l’ancien ministre de l’Intérieur, de l’ex-Premier ministre et du possible postulant à la magistrature suprême auront donc été exaucés au-delà de toute espérance.

Le voilà enfin blanc, au contraire d’un Johnny Hallyday chantant « Noir, c’est noir », sur des arrangements de cordes signés Anne Gravoin – madame Valls à la ville. Laisse aller, c’est une valse, ou plutôt un tango : un pas en avant et deux en arrière.

Pareillement, un certain François Hollande fut, lui aussi, enfariné en février 2012, par un autre trublion, un « sans-dents », un « pauvre con » ; allez savoir… Ou c’est une malédiction et c’est à n’y rien comprendre.

Nonobstant, demeure une logique dans ce terrorisme pâtissier, définie par le cher Noël Godin, alias Georges Le Gloupier, plus connu sous le sobriquet de l’Entarteur, ayant poussé sa logique dadaïste jusqu’à lui-même s’entarter. Il n’est de valeur que d’exemple, comme dirait l’autre.

Conseillé par Jean-Pierre Bouyxou, vieux gauchiste officiant à Paris Match depuis des années – on n’en est jamais à une contradiction près – et, par ailleurs, éminent spécialiste du cinéma européen de série B, Noël Godin affiche néanmoins un tableau de chasse au goût très sûr.

Jugez-en. Marguerite Dumas, Patrick Bruel, Jean-Pierre Elkabbach, Philippe Douste-Blazy, Nicolas Sarkozy, Bill Gates et quelques autres « pompeux cornichons », pour reprendre la vulgate gloupienne. Et, surtout, Bernard-Henri Lévy, lauréat du titre, fort de sept entartages. Lequel, lors de son baptême, répliqua en ces termes : « Lève-toi vite ou je t’écrase la gueule à coups de talons ! » Comme quoi on peut être à la fois nouveau philosophe et vieux beauf.

Aujourd’hui, Noël Godin semble s’être calmé. Heureusement, certains de ses disciples poursuivent son œuvre. En emplâtrant un nuisible de catégorie olympique et en nous fournissant, au passage, un assez joli cadeau de Noël. Alors, Manu, assez « blanco » à ton goût ?

Joyeux Noël, Félix !

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.