À SUIVRE

Nicolas Sarkozy : moi, j’ai eu 20 %

 

L’œuvre littéraire de Nicolas Sarkozy se vend comme des petits pains. Mieux que des petits pains. Derrière le tiroir-caisse de la boulangerie-librairie, l’auteur fait les comptes. D’après Le Canard enchaîné, l’ex-Président se serait vanté auprès d’Alain Juppé d’avoir obtenu 20 % de droits d’auteur sur les ventes de son ouvrage, tandis que le maire de Bordeaux, tout penaud, avouait ne toucher que 12 % sur le sien. Bisque bisque rage.

« Je vais m’en faire, du fric ! » aurait ajouté très élégamment l’heureux bénéficiaire de ce pourcentage royal. Décidément, il a bien changé. Auparavant, Nicolas Sarkozy aurait dit « Je vais m’en faire, du fric, pauv’con ! » Mais ces temps-là sont révolus. Dorénavant, l’homme est tout en raffinement, discrétion, humilité… La France pour horizon. La France pour la vie, comme indiqué sur la couverture du bouquin. Et une France qui laisse 20 % de droits d’auteur, ça ne se néglige pas. On la bichonne, on l’astique, on y croit !

Un deuxième livre est d’ores et déjà en préparation : Comment j’ai obtenu 20 % auprès de mon éditeur. L’écrivain est lancé, rien ne pourra plus l’arrêter. Le camping-car acheté avec les droits pourra faire également l’objet d’un livre. L’inspiration littéraire ne se commande pas. Le but ultime étant d’atteindre le pourcentage inouï de 23 % obtenu par Victor Hugo en 1875, les 24 % de Flaubert, etc. De la très haute négociation qui place ces hommes-là au panthéon des marchands de tapis.

Dans la boutique des « Républicains », les adhérents attendent avec impatience de connaitre le chiffre obtenu par Bruno Le Maire. Les primaires vont se jouer à quelques points. Un homme qui n’obtient que 12 % de son éditeur peut-il diriger la France ? a déclaré Brice Hortefeux. Bref, le débat d’idées fait rage.

NKM promet de parvenir à vendre un livre de pages blanches 19,90 € avec séances de dédicace dans toute la France. Un tour de force qui pourrait bouleverser la donne. Nicolas Sarkozy ferait figure, dans ce cas, de sombre loser, sans parler du livre de coloriage que prépare en catimini Jean-François Copé. Dessine toi-même la France que tu veux, je te la ferai. Malgré un titre un peu long, le concept pourrait rencontrer une forte adhésion auprès des enfants, de plus en plus décisionnaires dans le vote de leurs parents.

Les candidats aux primaires des Républicains ne savent qu’inventer pour convaincre leur public. Livres, tableaux, canevas, figurines en pâte à sel, tout ce qui peut faire preuve d’une vraie vision de la France est proposé au public. Au cours d’une grande kermesse, tous ces charmants travaux seront vendus et les bénéfices reversés au profit de la recherche contre l’infantilisme. Une bien belle initiative…

POUR ALLER PLUS LOIN