Nicolas Dupont-Aignan : « Tout est fait pour salir un mouvement populaire »

Réaction de Nicolas Dupont-Aignan après la manifestation des gilets jaunes à Paris : « Les Champs-Élysées, ce n’est pas la France. » Le président de Debout la France dénonce la « manipulation médiatique organisée par M. Castaner ».


Une grande manifestation s’est déroulée à Paris et partout en France. Cette manifestation a été émaillée par plusieurs scènes de violences. Vous avez demandé un référendum sur la police fiscale du gouvernement.
Pourquoi cette proposition ?

J’ai fait cette proposition parce que le gouvernement nie la colère des Français. Il nie la souffrance de nos concitoyens. Il prétend que la transition écologique est en marche. Qu’il fasse un référendum et consulte les Français. On verra bien le résultat.
Il discrédite les manifestants en mettant en valeur des scènes de violences. Une minorité de casseurs aux Champs-Élysées est montrée en boucle à la télévision, alors que ces manifestations rassemblent en vérité les Français honnêtes qui travaillent. J’ai vu des mères de famille, des retraités, des artisans et des commerçants. Ceux qui travaillent et payent pour tout le monde sont aujourd’hui victimes d’une manipulation médiatique organisée par monsieur Castaner.
Ce qui s’est passé sur les champs Élysée ne représente pas ce qui s’est réellement passé dans toute la France. Je veux dire à ceux qui m’écoutent que la meilleure solution est un référendum. On verra s’il ose.

Christophe Castaner a parlé de séditieux d’ultra-droite. Nous avons même entendu des journalistes dire que des manifestants s’étaient rendus aux Champs-Élysées à l’appel de Marine Le Pen.
Tout ce qu’on entend depuis quelques heures vous semble-t-il être une manipulation ?

Oui. C’est grotesque et ridicule. J’ai rencontré des manifestants très paisibles. Ils n’appartiennent d’ailleurs pas à des partis politiques et ne se revendiquent pas de partis politiques. Monsieur Castaner a vraiment un problème psychologique grave. Il manipule, discrédite et amalgame. Il n’est pas du tout à la hauteur de sa fonction.
Son enjeu est d’assurer la sécurité. Parlons-en. Comment se fait-il que de la racaille ait pu rentrer aux Champs-Élysées ? Un de mes amis se trouvait à l’Étoile. Il a vu rentrer des petits voyous qui n’avaient absolument rien à voir avec les gilets jaunes. Tout est donc fait pour discréditer et salir un mouvement populaire pourtant soutenu par les trois quarts des Français.


Le gouvernement joue la fermeté et l’intransigeance devant les manifestants.
Ce mouvement doit-il et peut-il continuer ? Et jusqu’où peut-il aller ?

Je pense que les manifestations paisibles, organisées et stables doivent continuer pour montrer au gouvernement qu’on ne peut pas continuer à amputer le pouvoir d’achat des Français, pour supprimer la hausse des taxes sur le carburant et le fioul et obliger le gouvernement à revoir sa copie. C’est le point le plus important.
Ensuite, il faut une issue politique. Voilà pourquoi j’ai proposé des solutions. Je ne suis pas que dans la critique, je veux des solutions : faire baisser le prix de l’essence, favoriser ceux qui travaillent en France, taxer les supercargos qui importent des produits qui polluent des quantités de pays, et réorienter notre fiscalité.
Vous le savez bien, ce sont ceux qui travaillent sur le terrain qui sont corvéables à merci et qui payent pour tout le monde. Cela ne peut pas durer.

À lire aussi

Nicolas Dupont-Aignan : « Un islamo-gauchisme antisémite règne sur la France »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleAgression d’Alain Finkielkraut, polémiqu…