Editoriaux - Entretiens - Justice - 4 décembre 2018

« Mur des cons », Clément Weill-Raynal : « Je n’ai fait que mon métier de journaliste et de lanceur d’alerte ! »

Vous comparaissez comme témoin dans l’affaire du mur des cons mettant en cause le Syndicat de la magistrature. Pouvez-vous nous rappeler comment les choses se sont passées ?

Ça s’est passé de manière très inattendue. Pour certains, c’était un coup monté commandité en haut lieu. Je tiens à rappeler que ça s’est passé de manière inopinée. On m’a demandé d’aller interviewer, pour France 3, la présidente du Syndicat de la magistrature au sujet des affaires qui opposaient la magistrature et Nicolas Sarkozy dans le cadre de l’affaire Bettencourt. Lorsque je suis entré dans les locaux, j’ai vu ce mur des cons. J’ai évidemment pris des images.

Qu’est-ce qui vous a frappé, dans ce mur des cons ?

Au début, j’ai cru qu’il s’agissait d’un tableau de chasse de personnes condamnées. Là, on aurait été simplement dans l’indélicatesse. Et puis, j’ai vu que certaines personnes épinglées n’ont jamais été condamnées. En regardant mieux, j’ai vu que 95 % des personnes présentes étaient de droite ou d’extrême droite.

Vous vous attendiez à une telle retombée ?

Pas du tout. On ne sait jamais à l’avance. Certaines informations nous semblent énormes mais n’ont aucun impact sur l’opinion, et inversement. Mais, pour moi, ça correspondait peu ou prou à ce que j’entendais sur ce syndicat. Ces images, je ne les ai pas utilisées. Je les ai envoyées à quelques connaissances. On m’a, d’ailleurs, soupçonné de les avoir livrées exprès au site Atlantico. Alors que, le même soir, Le Figaro et Le Point les publiaient également. Ces images ont circulé et ont eu un impact majeur. Après tout, une image vaut mieux que cent discours.

Qu’allez-vous dire à la barre ?

Que je n’ai fait que mon métier de journaliste et de lanceur d’alerte. Un journaliste qui pense que l’émoi provoqué par ces images constitue la preuve qu’elles posent problème. Je pose la question : est-ce que certains magistrats dévoient la Justice et est-ce que certains magistrats jouent les commissaires politiques sur certains dossiers ? Ce n’est pas à moi d’apporter la réponse…

Entretien réalisé par Marc Eynaud

Commentaires fermés sur « Mur des cons », Clément Weill-Raynal : « Je n’ai fait que mon métier de journaliste et de lanceur d’alerte ! »

À lire aussi

« À ce jour, il n’y a pas encore eu la moindre parole d’excuse ! »

La présidente du Syndicat de la magistrature devra comparaître devant le tribunal pour inj…