Editoriaux - International - Internet - Sport - 4 novembre 2015

Mettez-vous au « nae-nae », ça fait sauter les PV

En nos temps informatisés, un nouveau virus apparaît. Il ne provoque ni boutons ni fièvre mais attaque insidieusement les esprits qui, atteints de déraisonnement, adhèrent à un dangereux renversement des valeurs. Son nom : vidéo virale. Son moyen de transmission : Internet. Sa dernière victime connue : Barack Obama.

La vidéo virale qui a réussi à pénétrer la Maison-Blanche montre une intervention des forces de l’ordre pour le moins surprenante. Tandis que deux policiers arrivent dans une rue de Washington pour disperser des groupes de jeunes qui commençaient à s’échauffer, une fille se met à danser le « nae-nae » – prononcer né-né – au son d’une chanson à succès. C’est alors qu’une des policières, ne voyant aucune marque de provocation dans cette attitude pourtant effrontée, se prend au jeu et la défie : si elle gagne la battle (mot anglais désignant un duel artistique ou sportif), la canaille et sa bande quitteront les lieux. Pari remporté : danseuse aguerrie, l’agent de police pousse l’insolente à l’abandon.

Voilà une bien belle manière de résoudre les problèmes de trouble à l’ordre public, n’est-il pas ? D’ailleurs, le président des États-Unis en personne adresse ses félicitations : « Bel exemple d’une police qui sait s’amuser tout en nous protégeant ». La Toile complimente unanimement la policière : « Ça fait chaud au cœur », « cool », « sympa », peut-on lire un peu partout. Sauf ici même !

Et pour cause : en quoi bafouer la parole de l’autorité, ridiculiser le statut de policier, salir l’uniforme serait-il un modèle ? Quelle subversion ! Les policiers en sont réduits à user de stratagèmes, faire preuve de séduction, ménager hypocritement les délinquants ; ils doivent adopter le même comportement que les voyous pour que ces derniers daignent leur obéir. En vérité, force n’est plus à la loi.

Ce retournement de l’ordre établi présente tout de même un avantage : lorsque cette procédure aura cours en France – ce qui ne saurait tarder car notre pays importe avec toujours plus de célérité les bonnes idées américaines -, nous pourrons échapper à moult contraventions en nous dandinant sur le nouvel air à la mode. Vous dansiez sur du yéyé ? Mettez-vous au nae-nae, ça fait sauter les PV !

Imaginez un feu orange trop mûr grillé : « Allez, Monsieur l’agent, on se fait une battle de nae-nae ; celui qui mène la danse n’a pas de contredanse ! » Grâce à de simples déhanchements, agrémentés de quelques levers de jambe, points retirés et amendes salées ne seront que mauvais souvenirs. Cerise sur le gâteau : les prochaines caméras piétons de notre police nationale immortaliseront ces scènes qui, une fois diffusées, feront de nous les futures stars du Web !

En tout cas, nae-nae ou pas, le monde exécutera encore ses deux pas de danse favoris : tourner pas rond et marcher sur la tête !

À lire aussi

Purification religieuse : Noël ne se fera pas à la maison

La terre irakienne, pourtant évangélisée par saint Thomas dès le premier siècle, perd chaq…