Editoriaux - 21 mai 2013

Mélenchon ou le mépris des gens modestes…

Quiconque n’a jamais chuté lourdement sur son séant ne peut imaginer combien est douloureuse une fracture du sacrum, cette extrémité de soi-même que la nature a jugé bon de protéger par un enrobage en principe efficace. Des semaines à s’asseoir sur une bouée, à dormir à plat ventre… Bon, d’accord, il n’y a pas mort d’homme mais, comme une côte brisée, c’est le genre de chose qui vous pourrit la vie.

Donc, Marine Le Pen s’est fracturé le sacrum en tombant dans sa piscine vide, et donc Jean-Luc Mélenchon, dont on connaît les élégances verbales, s’est offert sa récréation favorite : insulter l’adversaire.

Premier tweet : « Je lui souhaite un prompt “restablishment” pour l’aplatir à la loyale… », et dans la foulée : « …En attendant, je me casse le cul pour les ouvriers pendant qu’elle se casse le cul dans sa piscine. » On se tord de rire.

Jean-Luc Mélenchon souffre d’une maladie chronique et constante dans les rangs de cette gauche de la gauche : une forme de coprolalie particulière qu’on pourrait appeler « syndrome de la vulgarite aiguë ».

Ces gens-là, qui se gargarisent avec « le peuple » tous les matins au réveil, pensent en effet que la vulgarité est l’apanage des gens modestes. Que les « ouvriers » sentent la sueur et le pâté en boîte, qu’ils parlent gras une langue estropiée, font des fautes de syntaxe et de grammaire. Ils pensent surtout que pour feindre d’appartenir à cette catégorie sociale, il faut avoir l’écharpe rouge et l’accent gouailleur, se moucher dans sa manche et se gratter virilement l’entrejambe avant d’empoigner le mégaphone.

La coprolalie mélenchonnesque, même ciblée sur les journalistes en général et sur Marine Le Pen en particulier, finit par lasser. Y compris dans ses rangs. Il s’est même fait tancer par Benjamin Biolay, c’est dire…

Commentaires fermés sur Mélenchon ou le mépris des gens modestes…

À lire aussi

Réduction des dépenses de l’État : il va falloir encore attendre…

On est nettement plus étonné devant les dépenses en personnel concernant « l’intendance »,…