Marine Le Pen : « Montebourg n’a plus aucune crédibilité »

Femme politique.

Présidente du Front National.

 

Entretien réalisé par Robert Ménard.

Boulevard Voltaire a rencontré Marine Le Pen. Tour d’horizon des questions économiques, politiques et « sociétales », comme on dit. La Présidente du Front national ne mâche pas ses mots. Premier volet…

BV. Florange ne sera pas nationalisé : à qui la faute ?

MLP. Au pouvoir politique. C’est toujours lui le responsable. Le plus grand problème de notre temps, c’est que le pouvoir politique s’est soumis au pouvoir économique. C’est la déliquescence, la mort du pouvoir politique. Florange n’en est qu’une énième démonstration. C’est la disparition de l’État-stratège, qui n’est plus capable de faire preuve d’autorité à l’égard des acteurs économiques dans la défense des intérêts stratégiques de la France.

Est-ce qu’aujourd’hui, avec les carcans imposés par Bruxelles, il est encore possible de nationaliser ? Est-ce seulement envisageable ?

Probablement non, mais c’est le grand secret de la vie politique française. En réalité, la défense des intérêts stratégiques de la France est un concept interdit par l’Union européenne. Ce n’est pas la première fois qu’on le constate. Quand nous avions renfloué l’industrie automobile, Nicolas Sarkozy avait dit qu’il imposerait une clause pour que les sous-traitants français en soient bénéficiaires. Or, il savait pertinemment en le disant que l’Union européenne le lui interdirait, ce qu’elle n’a pas manqué de faire… Donc, le préalable, dans la défense des intérêts stratégiques de la France, c’est le bras de fer avec l’Union européenne. Le problème est que nos dirigeants ont un bras en mousse.

Est-ce que ça veut dire que Montebourg a tenté « d’enfumer » tout le monde en promettant quelque chose qu’il savait parfaitement impossible à réaliser ?

C’est toute l’ambiguïté du personnage. Il est dans le mensonge, et un mensonge de fond… Il ne s’agit pas ici uniquement d’un désaccord de points de vue entre le Premier ministre et Montebourg. Le ministre du Redressement productif obéit à un rôle très précis qui lui a été attribué par François Hollande : il doit faire oublier que le socialisme s’est soumis à l’ultra-libéralisme européen. Il doit faire des promesses, faire mine que c’est possible alors qu’il savait pertinemment que la nationalisation n’aurait pas lieu. C’est d’ailleurs la première chose que j’ai dite dans ce dossier. Cette nationalisation n’aura jamais lieu pour une raison simple : le Parti socialiste est soumis au diktat et à l’idéologie ultra-libérale européenne…

C’était également du cinéma quand Montebourg a laissé entendre qu’il envisageait de démissionner ?

En tout cas, il aurait dû le faire. La fracture de fond était tellement symbolique qu’il aurait dû démissionner. Ne serait-ce que pour pointer du doigt cette compromission du Parti socialiste avec l’idéologie ultra-libérale. Et il aurait ainsi pu montrer que sa démarche était sincère. Je vous le dis alors que ce n’est pas tellement mon intérêt car il vaut mieux pour moi que les Français constatent le niveau de cette compromission. Or le fait même de rester au gouvernement démontre cette compromission. Monsieur Montebourg aurait dû prendre exemple sur Chevènement.

Dans cette affaire, on ne touchait pas seulement à un dossier X ou Y, mais à un modèle économique ! Résultat, Montebourg, aujourd’hui, n’a plus aucune crédibilité à défendre un modèle économique autre que celui auquel il s’est lui-même soumis en restant au gouvernement.

Comment expliquez-vous qu’il soit resté ?

Ils sont capables de tout pour ne pas être exclus des dorures ministérielles. C’est pareil pour Cécile Duflot, le même processus : il veulent « ministre » sur leur carte de visite… Talleyrand disait : « Un ministère qu’on soutient est un ministère qui tombe. » C’est malheureux mais très révélateur…

Quand Jean-Marc Ayrault rappelle que, dans les années 80, la nationalisation de la sidérurgie a été une catastrophe, que lui répondez-vous ?

Que la nationalisation n’est pas suffisante. Elle ne peut fonctionner que s’il y a parallèlement une protection du secteur économique nationalisé. Et cette protection doit se faire via une priorité nationale, c’est-à-dire, une protection aux frontières. Il est évident que l’ensemble des pays qui font des nationalisations stratégiques protègent par des droits de douane leur secteur économique concerné de la concurrence internationale déloyale, sinon ça n’a aucun sens !

Aujourd’hui, vous feriez confiance à Arcelor-Mittal ?

Aucune confiance. L’État va probablement être amené une nouvelle fois à renflouer, à verser des fonds dans une entreprise dont les bénéfices vont aller dans la poche de Monsieur Mittal. Exactement ce que je dénonce depuis des années : la socialisation du risque et la privatisation des profits.

Qu’est-ce que vous inspire le fait que l’accord signé entre Arcelor-Mittal et le Gouvernement ne soit pas rendu public ?

Cela me scandalise ! C’est la démonstration de l’aspect éminemment critiquable et contestable de cet accord.

Vous souhaitez qu’il soit rendu public ?

Mais c’est déjà fait…

Non, vous avez lu un texte publié dans la presse, ce n’est pas tout à fait la même chose…

Il est évident qu’à partir du moment où cette affaire a été portée sur la place publique, il est ahurissant que l’accord ne soit pas rendu public. Mais il est vrai que sa lecture démontre une nouvelle fois que la France est victime d’un marché de dupes… D’ailleurs, on parle d’Arcelor-Mittal, mais il existe beaucoup d’autres affaires dans le même genre. J’étais la semaine dernière avec les ouvriers d’une société nommée « Meca Stamp International », une des dernières fonderies de France. Ils ont organisé un tour de table et tout le monde a fait le nécessaire, mais il leur manquait 300 000 euros de prêt d’une banque privée, lequel prêt était garanti à 70 % par Oseo et à 30 % par leur stock alors qu’ils sont unique fournisseur d’entreprises comme Caterpillar. J’ai appelé le cabinet du ministre du Redressement productif car, le lendemain matin à 9h, le tribunal de commerce devait prononcer la liquidation de la société. Bon sang ! Avec les milliards que nous avons versés aux banques, ils ne sont pas capables de demander à l’une d’entre elle de débloquer 300 000 euros ? Avec 169 emplois à la clef ! Le ministre est passé par ses amis politiques pour solliciter un report de la part du tribunal de commerce et tenter de débloquer la situation. Je m’en réjouis, mais s’il n’y avait pas eu le risque d’une législative partielle puisque cette société est située à Hénin-Beaumont, probablement personne n’aurait levé le petit doigt…

Vous allez fêter les 40 ans du Front national prochainement : à sa naissance, le Front était tout sauf ce que vous préconisez aujourd’hui. Il était libéral et anti étatique. Sur ce terrain-là, vous êtes loin de votre père, non ?

C’est une erreur d’analyse pour une raison simple : à l’époque où le Front national était libéral, nous étions en présence de deux éléments majeurs qui n’existent plus aujourd’hui. D’abord, nous avions des frontières, y compris économiques, ce qui change totalement la donne. Par ailleurs, le modèle économique alternatif était le communisme : du coup, vous aviez le choix entre une économie libre et une économie dirigée, une économie communiste. La situation est très différente aujourd’hui car, entre temps, le mondialisme s’est imposé. Et avec lui, l’effacement total des frontières et celui des outils de protection à la disposition de l’État pour mettre en œuvre une politique de défense stratégique de ses intérêts. Ce n’est pas tellement nous qui avons changé : nous sommes toujours pour une économie libre et nous croyons toujours à la libre entreprise. Mais l’État doit être fort et capable de défendre ses intérêts stratégiques qui sont l’intérêt supérieur d’une nation.

Mais la sidérurgie n’est pas un intérêt stratégique…

Bien sûr que si ! Comme le sont l’énergie et la communication. Si un fonds souverain étranger investit massivement dans une entreprise de taxis, par exemple, ce n’est pas très grave, mais s’il investit dans une entreprise d’énergie, c’est une autre histoire ! C’est la vision – très gaullienne – que j’ai du rôle de l’État. L’État n’est pas là pour diriger l’économie, mais pour permettre les conditions d’une économie libre, pour éviter les abus, les dérives et pour défendre ce qui est l’intérêt supérieur de la nation, et notamment son indépendance par rapport à des puissances économiques étrangères.

Cela signifie que vous êtes opposée à ce que la Fondation Khomeiny mette de l’argent dans la raffinerie de Petroplus ?

Oui.

Même si cela peut sauver des emplois ? Il ne faut pas le faire ?

Non. La parole qui m’a le plus choquée ces quinze derniers jours a été prononcée par Najat Vallaud-Belkacem. Voilà une femme qui vient nous dire : « Je ne comprends pas pourquoi on s’inquiète des investissements du Qatar, c’est du business… » Vous n’imaginez pas comme cette parole peut être représentative de ce qu’est devenu le socialisme aujourd’hui… Cela signifie que la loi du commerce écrase tout sur son passage : les mœurs, les traditions, les lois, les valeurs qui sont les nôtres. Et voilà une femme qui s’est fait connaître par la défense des femmes et qui vient nous dire qu’elle accepte avec un très grand plaisir les investissements d’un des pays du monde où les femmes ont le moins de droits…

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Recevez gratuitement nos articles !


Présidente du Front National.

AUJOURD'HUI SUR BOULEVARD VOLTAIRE

SOUVENIRS

Les commentaires sur cette page sont fermés.