Entretien - Philippexit

Julien Rochedy : « Marine Le Pen a sacrifié Florian Philippot comme victime expiatoire »

 

Julien Rochedy réagit au départ de Florian Philippot. Pour lui, sur le fond, cette greffe sociale souverain-souverainiste ne pouvait pas tenir longtemps au Front national. Mais de façon conjoncturelle, le FN va perdre encore une fois quelques-uns de ses cerveaux. Même s’il était totalement opposé à cette ligne, Julien Rochedy constate que c’est encore de l’intelligence en moins au FN…

Julien Rochedy, la démission de Florian Philippot est intervenue ce matin après plusieurs semaines de crise. Que traduit ce départ selon vous ?

Il faut distinguer deux choses, un problème de fond et un problème plus circonstancié.
Le problème de fond est que cette greffe sociale-souveraino-souverainiste ne pouvait pas tenir longtemps dans un parti comme le Front national.
S’il a pu tenir aussi longtemps, c’est parce que Marine Le Pen s’était totalement chevillée à ce courant-là. Depuis 5 ans, elle avait utilisé tous les hommes provenant du courant de Florian Philippot aux postes les plus importants, au moins à ce qui touchait à la stratégie, à la communication et à la réflexion.
Elle l’a soutenu sans défaut pendant 5 ans, quitte à tout lui donner, y compris tous les pouvoirs notamment sur la stratégie et la communication.
Or, ce courant-là, s’il pouvait être intégré de façon minoritaire dans une logique nationale que poursuivait le Front, il ne pouvait pas être majoritaire.
C’était une greffe qui n’était pas naturelle. Finalement en partant, et en prenant avec lui tous ces cadres-là, la nature reprend son bon droit. C’est une greffe qu’il ne pouvait pas tenir.

D’un point de vue plus circonstancié, Marine Le Pen est totalement en ligne avec Florian Philippot depuis le départ. Il ne faut pas oublier que Florian Philippot a mis en musique la ligne idéologique de Marine, il ne la lui a pas créée.
Elle a sacrifié Florian Philippot comme une victime expiatoire pour rassurer les militants du Front national et les gens qui soutiennent Marine Le Pen, afin d’oublier cette terrible campagne qui a eu lieu en 2017 et pour se faire peau neuve sur la peau de Philippot.

En d’autres termes, la greffe Philippot n’a pas pris certes, mais vous rappelez finalement que c’est davantage le projet de Marine Le Pen qui était sanctionné aux Présidentielles.

Si Marine Le Pen se contente de se débarrasser de Philippot, cela ne changera pas grand-chose au problème. C’est bien cela ?

Marine Le Pen a clairement dit qu’elle ne changerait pas.
Elle laissera plus de liberté à l’aile droite du mouvement, mais elle-même ne changera pas.
Sa ligne ni droite ni gauche avec une tendance très sociale souverainiste est sa ligne préalable, avant même l’arrivée de Florian Philippot.
Florian Philippot lui a apporté une compétence et une cohérence.
Le Front national ne changera pas. Il risque simplement de perdre encore une fois quelques-uns de ses cerveaux. C’est arrivé très souvent au Front national et si beaucoup étaient opposés à la ligne de Florian Philippot, force est de constater qu’il y avait autour de lui des diplômés et des étudiants. Lui-même était un homme intelligent.
C’est encore une intelligence en moins au Front national, même si encore une fois cette ligne ne pouvait pas correspondre au Front.

Sophie Montel, la numéro deux des Patriotes, a dit qu’en actant le départ de Florian Philippot, le Front national était retourné vers son ancienne ligne « dure et nationale ». Elle a même fait une comparaison avec Bruno Maigret.
D’après vous, est-ce le cas 
?

Non, je ne crois pas.
Je pense qu’ils vont utiliser cet argument, cette enseigne médiatique qui va être bien reprise pour leur faire jouer le beau rôle.
Cela leur permettra de dire qu’ils quittent le Front national parce qu’ils sont purs et qu’ils ne sont pas entachés par le côté diabolique du Front national qui va se re-diaboliser…
Je pense que cela est un pur argument médiatique.
Le fond est que le Front national va rester un parti archaïque qui n’est pas susceptible à la fois de de prendre le pouvoir et d’élargir sa base électorale.
Philippot oublie de dire que sa propre ligne idéologique, politique et stratégique empêchait aussi le Front national d’élargir vraiment sa base électorale.
En partant de là, l’ancien Front national qui était bloqué électoralement et le néo Front national chevènementiste que représentait Philippot et ses amis étaient tous les deux des incapacitants électoraux. Finalement, les deux se ressemblent pas mal.

Cet article a été lu 3934 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel