Editoriaux - International - 9 août 2013

Marine et Marina, deux filles à leur papa

« Affairiste » est un mot épicène, soit un mot qui peut s’utiliser indifféremment au féminin ou au masculin en conservant le même sens, cela sans que sa graphie ne change. Un mot à double genre, en somme. Et ça tombe bien puisque l’affairiste Berlusconi, empêché de remonter sur le trône par sa récente condamnation à un an de prison pour fraude fiscale, envisage de céder le siège à la fille Marina Berlusconi. Une dame très bien puisque, directrice de la holding familiale Fininvest, le magazine Forbes la classe chaque année depuis 2007 parmi « les femmes les plus influentes du monde ».

On murmure donc qu’elle pourrait reprendre d’ici quelques semaines la tête du parti, Peuple de la liberté, qui, à l’occasion, retrouverait son nom de Forza Italia.

De mauvaises langues ne manqueront pas de voir dans cette succession comme un écho d’une saga bien française : Marine et Marina, Le Pen et Berlusconi, respectivement 45 et 47 ans, toutes deux issues du premier mariage de papa dont elles sont le plus fidèle soutien. Mais toute ressemblance etc., on connaît la suite.

Commentaires fermés sur Marine et Marina, deux filles à leur papa

À lire aussi

La hargne des sans-viande est sans limites : la Ligue contre le cancer doit refuser un don des chasseurs

Les anciens disaient « bête à bouffer du foin »… …