Margarita a réussi à refiler l’OM à un Ricain !

Militant associatif et auteur

Fondateur de Riposte Laïque

 

Margarita Louis-Dreyfus, veuve de l’homme d’affaires Robert Louis-Dreyfus, décédé en 2009, est aux manettes de l’Olympique de Marseille (OM) depuis 2009. Elle a beau être la 16e fortune de France, elle a décidé depuis un bon moment qu’il était temps de se débarrasser d’un club dont les aventures faisaient rire la France entière… sauf sur la Canebière.

Seul problème : qui pourrait bien vouloir racheter cet OM ? Les Chinois ont investi à Lyon, les Russes à Monaco et les Qataris au Paris Saint-Germain. Apparemment, aucun fonds venu du Golfe ne paraissait intéressé.

Il faut admettre qu’on comprend les hésitants. Plus aucune grande vedette ne veut signer à Marseille. Daniel Van Buyten, qui a joué trois années à l’OM, explique, dans son livre Big Dan paru en 2014, une réalité soigneusement dissimulée à tous les repreneurs éventuels : 13 joueurs de Marseille ont été agressés et rackettés ces dernières années !

« Les joueurs de l’OM sont des proies, des victimes faciles. La route qui mène à la Commanderie, le centre d’entraînement, est une espèce de zone de non-droit. […] C’est contrôlé par des bandes. On croise des gars avec des couteaux, d’autres avec des flingues. Ils rackettent des joueurs. Quelques maisons sont régulièrement cambriolées. Trois fois celle de Vedran Runje pendant qu’on est ensemble là-bas… La routine. […] Un jour, j’ai un coéquipier qui est stoppé par un type avec un flingue, il lui dit de sortir de sa voiture et le gars la vole tranquillement. Le joueur qui se retrouve sans voiture continue sa route à pied ou monte avec un coéquipier qui le suit. C’est comme ça, il joue à l’OM et il sait qu’il doit assumer. »

Pourtant, les premières années de Margarita avaient été prometteuses, avec deux grands entraîneurs, le Belge Éric Gerets et Didier Deschamps. Mais tous deux se plaindront régulièrement des agissements du manager, José Anigo, qu’on disait très lié avec le milieu. Hasard : son fils, par ailleurs ancien braqueur, était abattu en pleine rue par deux tueurs professionnels, en 2013. Tout cela fait quand même désordre…

Mais c’est dans le domaine sportif que le club a fait rire la France entière. En faisant venir un entraîneur argentin, Marcelo Bielsa, en 2015, l’homme de confiance de Margarita, Vincent Labrune, paraissait avoir réussi son pari. Développant un football offensif, plein de panache, le club phocéen fut premier une bonne partie du championnat. Le stade était plein à chaque match, et l’Argentin était l’idole de la ville. Malheureusement, une saison dure 38 matchs, et au bout de 30 matches, les joueurs étaient cramés. Effondrement final, et même pas une qualification européenne !

Reconduit dans ses fonctions, Bielsa (surnommé El Loco, le Fou) claqua, à la surprise générale, la porte au soir de la première journée, laissant l’OM orphelin. Labrune recruta alors un entraîneur espagnol, Michel, qui n’avait pourtant jamais rien réussi. Un fiasco total, qui se concrétisera par une série de 5 mois, 9 matchs sans la moindre victoire au Stade Vélodrome. Il fallut donc se résoudre, le club se trouvant menacé de descente en deuxième division, à virer l’Espagnol, à lui payer de fortes indemnités et finir la saison avec Franck Passi, l’éternel adjoint, qui sauva les meubles.

Voilà donc le club que Margarita a réussi à refiler au nommé Frank McCourt qui, jusqu’à ce jour, avait investi beaucoup d’argent dans un club de base-ball américain, sans guère de succès.

L’homme a annoncé son projet et son slogan : « OM Champion Project. »

On devrait encore bien se marrer, cette année…

Fondateur de Riposte Laïque

POUR ALLER PLUS LOIN