Macron : voyage en terre inconnue ?

Enfin des discussions vont tenter de dégonfler, sinon régler, le conflit des gilets jaunes. L’urgence est bien de dissoudre toute nouvelle mobilisation qui, désormais, agrège, par capillarité sociale, d’autres manifestants, ambulanciers, étudiants, agriculteurs et bientôt, pourquoi pas, commerçants qui n’auront plus rien à se mettre sous la dent. Exception faite des artisans en menuiserie, maçonnerie et nettoyage qui sont très sollicités, mais pourraient eux-mêmes être contraints à l’inactivité par manque de matériaux ?

L’annonce d’un moratoire, cette potion magique du gouvernement, pourrait cependant s’avérer un véritable poison. Au moins pour le soldat Philippe envoyé au front. Car tous les échos jaunes renvoient le même signal négatif depuis son intervention.
Le trop long délai de réaction ancré à une bitte de surdité suffisante pouvait entraîner une rupture brutale des amarres, poussant le navire France vers des jetées rocheuses sans aucun pare-battage.

Vision pessimiste, certes, mais quels augures, y compris les lanceurs d’alerte politiques de la vingt-cinquième heure, ont vu venir l’orage, ou plutôt la tornade générée par ce réchauffement climatique social ?

Calmer la tempête en quelques mois, en comptant, en outre, sur une trêve des confiseurs, apparaît davantage comme une petite tactique de contournement qu’une véritable stratégie politique.

Et il est bien à craindre que la sérénité de Noël ne soit gravement perturbée par une période de l’Avent encore plus anarchique !

En l’absence de réponses fermes et immédiates à cette impatience quasi insurrectionnelle, redoutons que le père Noël qui reste éloigné sur son nuage élyséen soit, hors de toute révérence et traditions républicaines, qualifié d’ordure !

À lire aussi

Assemblée parlementaire franco-allemande : première session

La France et l'Allemagne assises ensemble, ou alternativement, sur le même siège au Consei…