Editoriaux - Politique - 24 septembre 2018

Macron et Hollande : deux vrais champions

Enfin une nouvelle qui va remonter le moral de tous les Français. Lors du sommet environnemental du 26 septembre qui se tiendra à New York, Emmanuel Macron sera désigné « Champion of the Earth ». « Champion de la Terre » ! Notre Macron à nous. Nicolas Hulot ne s’était pas aperçu qu’il travaillait avec le plus grand écolo du monde. Quelle boulette ! Léger bémol : la timbale sera partagée entre le Président français et le chef du gouvernement indien. L’un pour avoir organisé la première édition de cet événement à Paris, l’autre parce que, euh… il habite en Inde.

Dans la foulée, Macron sera aussi sacré « Champion du climat » avec quatorze autres dirigeants. Face à ce déluge de médailles, certains se demandent si la réunion n’est pas un prétexte à écouler des stocks de trophées qui encombraient les sous-sols de la mairie de New York. Un plaidoyer en faveur du recyclage illustré par quelques travaux pratiques. La démonstration par l’exemple.

Une palanquée de champions, tous plus ou moins partisans de la mondialisation entraînant de multiples délocalisations et leur lot de transports de marchandises jadis produites sur place. Exemple montré dans un reportage de France 5 avec la culture du cornichon délocalisée en Inde au détriment du département de l’Yonne. Ouvriers payés deux euros par jour, réglementation sur les herbicides et pesticides plus laxistes et 7.000 kilomètres plus tard – soit environ 48 tonnes de kérosène -, le produit est dans l’assiette du cornichon écolo qui a voté Macron, le champion de la Terre, du climat et de la protection de l’environnement. La tartuferie à son point culminant méritait un sommet. Le voilà.

Au rayon « champion autodésigné », François Hollande a profité du week-end pour lancer un cri de détresse : « Si ce pouvoir-là échoue et c’est possible, à la fois par les décisions qu’il prend, injustes, par des comportements excessifs ou par l’absence de résultats. Mais qui, qui sera là pour le rendez-vous démocratique ? » Stéphanie de Monaco ? Vous pouvez répéter la question ? Voyant que, dans la salle, personne ne bronchait faute d’avoir trouvé le nom de l’homme providentiel auquel l’ex-Normal faisait allusion, il reprit l’énoncé du problème : « Qui peut prendre la place ? Qui peut offrir une perspective ? C’est une grande question qui est posée à tous. » Décidément, aucun auditeur ne connaissait la réponse. Un sacré mystère. Manquait, à cette intervention, la question de repêchage : « Quel homme, ancien maire de Tulle, qui a des lunettes et une fiancé qui s’appelle Julie Gayet, a les capacités de remplacer ce satané Macron qu’il a lui-même mis en orbite autour de l’Élysée ? »

Le premier est champion de la Terre, l’autre du ciel (de ses espérances). La vision fantasmée de son propre destin bat son plein.

Commentaires fermés sur Macron et Hollande : deux vrais champions

À lire aussi

Déconnecté de la planète, le bobo va marcher pour le climat

En marge des gilets jaunes, voici donc venu le mouvement des « nez rouges ». Clown dans l’…