Editoriaux - Politique - Réflexions - 15 novembre 2018

Macron est grand et Cohn-Bendit est son prophète !

Ce mardi dernier, Daniel Cohn-Bendit venait au secours du gouvernement, affirmant, sur RTL, que les mesures concernant les hausses de carburant étaient « justes », mais que le gouvernement péchait seulement par manque de « mesures d’accompagnement ». Dany le rouge qui se précipite à la rescousse du clone – en plus jeune – d’Alain Juppé : étonnant ?

Pas vraiment. Les deux premiers soutiens d’Emmanuel Macron ? Le libéral Alain Madelin et le libertaire Daniel Cohn-Bendit. C’est-à-dire deux libéraux-libertaires. Des « lilis », comme on dit, sobriquet qui, sonnant aussi bien que « bobo », est autrement plus fort de sens. Le premier est synonyme d’un véritable système politique, alors que le second n’est jamais que symbole d’une certaine manière de vivre.

Ces deux hommes, qui ne sont pas frais émoulus dans le monde politicien, ont compris avant tout le monde qu’Emmanuel Macron était l’un des leurs : un adepte, non seulement de l’économie de marché, mais également de la société de marché. Un ennemi des frontières, quelles qu’elles soient : frontières des nations, mais encore frontières sexuelles. La présence du chanteur Kiddy Smile, sosie officiel de Jacob dans La Cage aux folles, et de sa clique, lors de la dernière fête de la Musique à l’Élysée, est un résumé assez saisissant de cette union transgressive, puisque revendiquant s’être libéré des unes comme des autres.

En mai 68, Daniel Cohn-Bendit, plus que d’appeler l’avènement d’une révolution de type communiste en France, entendait seulement dynamiter l’ordre social patriarcal, tuer le père (le Général) et, surtout, jouir sans entraves. Près d’un demi-siècle plus tard, durant sa campagne présidentielle, qu’a fait Emmanuel Macron, si ce n’est stigmatiser le monde d’avant, abolir les convenances, bousculer les partis traditionnels ? Certes, il y a eu le moment « jupitérien ». Il fallait bien appâter les retraités conservateurs, le gros de ses électeurs, et quelques bourgeois de droite persuadés que Marine Le Pen, ayant viré mélenchoniste, allait leur piquer leurs économies et doubler la CGT sur sa gauche. En ce sens, c’était bien vu. La preuve en est que cela a marché.

Mais aujourd’hui, on comprend mieux les embrassades du Président à Saint-Barthélemy, avec des repris de justice à torsepoil. Car ça aussi, c’est délicieusement transgressif. Daniel Cohn-Bendit a dû adorer, une telle scène lui rappelant sûrement les folles années de sa jeunesse, quand le Tout-Paris se ruait voir des spectacles tels que Hair, comédie musicale dont le budget n’avait pas dû être grevé par le salaire des costumières. Et voilà encore une autre convergence entre les deux hommes : le mépris du bas peuple, finalement assez réticent au dynamitage des conventions, qu’elles soient d’ordre social ou moral.

Du temps de Daniel Cohn-Bendit, on conspuait les beaufs ; désormais, on humilie « ceux qui ne sont rien », les « Gaulois réfractaires », ceux avec lesquels il convient de faire preuve de « pédagogie », parce qu’ils ne comprennent rien de rien des félicités du monde de demain, ces « lépreux » qui, de plus, ont le mauvais goût de voter pour la « lèpre nationaliste ». On remarquera encore que l’époque à laquelle le Dany soixante-huitard assurait qu’il était interdit d’interdire est bien révolue. Car, désormais, il est très autorisé de tout taxer. Le tabac ? « Bien sûr que les riches se foutent de la hausse du prix des cigarettes. Pas les gens modestes. C’est injuste, mais c’est comme ça ! » Tel qu’on disait autrefois à l’armée : « Garde à vous ! Repos ! Vous pouvez fumer ! » Des joints ?

Il est vrai que Macron et Cohn-Bendit savent que les idéologies du Grand Soir ont pris un sévère coup de vieux et que le catholicisme est bien fatigué. Ils savent aussi que la nature a horreur du vide. On croit donc, aujourd’hui, au réchauffement climatique tel qu’on croyait, naguère, en Dieu. C’est en sauvant la Terre qu’on ira au Ciel. C’est le messianisme vert. L’écologie est la nouvelle religion d’État. Emmanuel Macron est grand et Daniel Cohn-Bendit est son prophète.

À lire aussi

Brexit : ce nouveau référendum qu’on nous prépare en coulisses…

Nous aurions bien tort de nous réjouir des malheurs de nos meilleurs amis anglais, puisque…